L'information financière que vous ne trouvez
nulle part ailleurs !

Lexique
Bâle I
Noter cette page :

L’accord définitif de Bâle I fait suite à la crise boursière de 1987.

Bâle I reprend les recommandations publiées en 1988 par le Comité de Bâle, un comité rassemblant les banquiers centraux des pays du G-10 sous l'égide de la Banque des règlements internationaux, à Bâle. Les recommandations fixaient une limite minimale à la quantité de fonds propres des banques dans le but d’améliorer la stabilité du système bancaire international. Ce minimum a été fixé à 8 % de fonds propres par rapport à l'ensemble des crédits accordés par les banques : c’est le ratio Cooke.

Ce ratio, appelé ratio Cooke par référence au président du Comité au moment de la mise en place des recommandations, fut mis en place dans la plupart des pays de l'OCDE en 1992. Il fut aménagé au milieu des années 1990 afin d'y intégrer la gestion des risques hors-bilan, tel que les risques liés aux dérivés, mais il devint rapidement évident qu'une refonte de l'Accord était nécessaire, ce que le Comité a réalisé avec Bâle II qui est en cours de mise en œuvre en 2006.

Cela signifie que lorsqu'une banque accordait 1.000 € à un client, elle devait immobiliser 80 € de fonds propres et utiliser au maximum 920 € d'autres sources de financement.

Le ratio Cooke imposait 2 règles : Fonds propres + quasi-fonds propres / Total des engagements > 8% Fonds propres / Total des engagements > 4%.

Formation
Apprenez avec nos modules en ligne sur
"Bâle I"
Bibliothèque
Accédez aux études et rapports sur le terme
"Bâle I"
Ces renseignements vous sont communiqués à titre informatif. Pour prendre vos décisions, vous devez vérifier dans les documents officiels valides ou vous faire assister d'un Conseil professionnel.