L'information financière que vous ne trouvez
nulle part ailleurs !

Lexique
Traitement du renseignement et action contre les circuits financiers clandestins (Tracfin)
Noter cette page :

Tracfin est la cellule française de lutte anti-blanchiment. Elle dépend des ministres de l’Économie,des Finances et de l’Industrie ainsi que du Budget, des Comptes publics, de la Fonction publique et de la Réforme de l'État.

Créé en 1990, à la suite du sommet du G7, Tracfin concourt au développement d’une économie saine en luttant contre les circuits financiers clandestins, le blanchiment d’argent et le financement du terrorisme.

Tracfin est devenu service à compétence nationale par décret du 6 décembre 2006.

Afin de remplir sa mission de lutte contre le blanchiment et le financement du terrorisme, Tracfin dispose de pouvoirs strictement encadrés par la loi :

  • Le droit de communication auprès des professionnels impliqués dans la lutte antiblanchiment
    Dans le but de reconstituer l’ensemble des transactions faites par une personne ou une société ayant fait l’objet d’un signalement, Tracfin peut demander que les professionnels concernés par le dispositif antiblanchiment lui communiquent les pièces (relevés de comptes, factures, etc.) utiles à son  enquête. Tracfin exerce alors son droit de communication prévu à l’article L.561-26 du code monétaire et financier auprès des professions déclarantes.
     
  • Le droit de communication auprès de la sphère publique
    Tracfin dispose également d’un droit de communication auprès des administrations d’État, des collectivités territoriales et des établissements publics.
     
  • Le droit d’opposition à la réalisation d’une opération financière douteuse
    Lorsqu’une opération financière n’est pas encore réalisée, sur le fondement de toute déclaration de soupçon ou d'information reçue des déclarants, des administrations ou des CRF étrangères (mais pas sur la base d'une COSI), et même sans déclaration de soupçon préalable du professionnel en charge de l'opération, Tracfin peut s’opposer à la réalisation de cette opération. Le service met alors en œuvre son droit d’opposition prévu l’article L.561-25 du code monétaire et financier.
Formation
Apprenez avec nos modules en ligne sur
"Traitement du renseignement et action contre les circuits financiers clandestins (Tracfin)"