L'information financière que vous ne trouvez
nulle part ailleurs !

Formation

Nous avons rédigé une centaine de dossiers pour vous initier aux règles fondamentales de l’investissement en Bourse. Ces dossiers ont une vocation explicative, mais pas de documentation technique parfaitement actualisée. Ils sont actualisés régulièrement, mais peuvent comprendre des simplifications, des raccourcis pédagogiques ou des exemples qui n’ont pas été actualisés. Les actualités en bas de page vous permettront généralement de les actualiser.Merci de lire la page d’avertissement avant d’utiliser ces dossiers pédagogiques.

Initiation à la Finance Islamique
Noter ce cours :
Initiation à la Finance Islamique
Sommaire

Auteur(s) : PN-CL

Expert : AN

Mise à jour : 1 janv. 2016

ISSN : 1623-3255

Resume du cours :

Une interprétation de la loi Islamique (Charia) s’oppose à la notion d’intérêt car le temps n’appartient pas à l’homme mais à Dieu. La rémunération de l’argent prêtée ne peut se fonder que sur la notion de partage des bénéfices et pas sur la location de l’argent à un prix fixe. Cette interprétation a été largement développée depuis les années 70 dans la région du « golfe » et a donné naissance à une tentative de rendre compatible à la charia, un ensemble de pratiques financières qui pouvaient être discutables.

Il faut noter que de nombreux pays musulmans comme la Tunisie, le Maroc ou la Turquie utilisent un système financier classique et que la religion catholique a longtemps interdit le prêt à intérêt.

La loi : Le Parlement français a adopté (en septembre 2009) une proposition de loi qui autorise l'émission d'obligations Islamiques ''sukuk''. Les députés ont adopté la proposition de loi telle que le Sénat l'avait votée le 9 juin. Le texte est donc définitivement adopté par le Parlement. Le texte oblige les banques mais aussi les organismes d'assurance à justifier leur désengagement si l'entreprise le demande.

La finance islamique se chiffre à 700 milliards de dollars sur le marché mondial en 2008, a 1 300 milliards en 2011, et a 1540 milliards de dollars en 2012.