L'information financière que vous ne trouvez
nulle part ailleurs !

Actualité

Nous sélectionnons chaque jour les news que nous estimons importantes pour pouvoir suivre les points suivants :

Date de publication: 22 oct. 2013
Auteur: Y B
Noter cette article :
Banque_de_France.jpg

La Banque de France a publié un article sur le thème de la valorisation des évènements de défaut : surprise, exogénéité et contagion.

Afin d'obtenir des formules fermées pour le calcul des prix de produits dérivés, les modèles usuels de risque de crédit valorisent les intensités de défaut, mais pas l'évènement de défaut lui-même. Dans ces modèles, l'indicatrice de défaut est remplacée par une prévision de celle-ci et l'erreur de prévision, c'est-à-dire la surprise associée au défaut, est négligée.

Cet article propose une approche ne négligeant pas la valorisation de la surprise et aboutissant à des formules fermées pour les prix de dérivés de crédit.

Contrairement au cas standard, dans cette approche, les défauts ont une influence causale sur les facteurs de risque, même si ce n'est pas le cas sous la probabilité historique. Dans ce cadre, les formules exponentielles habituelles de valorisation obligataire ne sont plus valables.

A partir de données obligataires américaines, les auteurs de cet article montrent qu'autoriser la valorisation de la surprise associée aux évènements de défaut a d'importantes implications en termes d'ajustement des données et pour l'extraction de probabilités de défaut physiques. En particulier, cet élément de modélisation peut constituer une solution au "credit spread puzzle". En outre, ils démontrent comment leur approche peut être exploitée pour l'étude de la propagation des défauts et de son influence sur les prix de dérivés.

Consulter l'article

Lien de secours