L'information financière que vous ne trouvez
nulle part ailleurs !

Actualité

Nous sélectionnons chaque jour les news que nous estimons importantes pour pouvoir suivre les points suivants :

Date de publication: 19 janv. 2015
Auteur: Y B
Noter cette article :
Novethic.jpg

Novethic a publié un article sur le thème de la relation entre la baisse des prix du baril de pétrole et les investissements.

La chute vertigineuse des cours du brut n’a entamé en rien les décisions d’investissement dans les énergies renouvelables (EnR). Ces dernières ont même progressé de 16% en 2014. Et sont attendues en forte hausse cette année dans l’éolien et le solaire. Comment expliquer ce paradoxe ?

Les décisions d’investissement dans les énergies renouvelables (EnR) ont crû de 16% à travers le monde en 2014, selon les données publiées le 9 janvier par Bloomberg New Energy Finance (BNEF). Elles ont atteint 310 milliards de dollars l’an dernier, enregistrant leur première hausse depuis 2011. Leur augmentation a été de 32% en Chine et de 8% aux Etats-Unis. En Europe, elle n’a été que de 1%. Mais en France, la progression s’est élevée à 26%. Elle s’explique en particulier par le projet de centrale photovoltaïque de Cestas, en Gironde (avec 300 MW, ce devrait être la plus puissante d’Europe).

La baisse de 55% environ des cours du pétrole brut depuis la mi-2014 ne semble donc pas avoir affecté les projets en matière d’EnR à travers le monde. "Les décisions d’investissement résultent de longues préparations. Il est donc normal que la diminution des prix pétroliers n’ait pas d’impact immédiat sur elles", explique Diane Lescot, directrice adjointe de l’Observatoire des énergies renouvelables Observ’ER.

Consulter l'article

Lien de secours