L'information financière que vous ne trouvez
nulle part ailleurs !

Actualité

Nous sélectionnons chaque jour les news que nous estimons importantes pour pouvoir suivre les points suivants :

Date de publication: 20 janv. 2016
Auteur: Y B
Noter cette article :

L'Institut national de la statistique et des études économiques a publié un communiqué de presse dans lequel elle détaille les chiffres relatifs au prix du pétrole et des matières premières importées pour le mois de décembre 2015.

En décembre 2015, le prix du pétrole en euros plonge à nouveau (-16,4 % après -3,3 % en novembre). En s'établissant à 34,6 € en moyenne par baril de Brent, ce prix a chuté de 31,4 % par rapport à son niveau de décembre 2014 (50,5 €) et atteint son plus bas niveau depuis mars 2009. Les prix en euros des autres matières premières importées reculent de nouveau (-1,0 % après -0,8 %) : cette baisse provient surtout des matières premières alimentaires (-2,3 %), tandis que les prix des matières premières industrielles sont quasi stables (-0,1 %).

Le prix du pétrole recule fortement

En décembre, le prix en euros du baril de pétrole brut de la mer du Nord (Brent) chute (-16,4 % après -3,3 %). En effet, l'offre est nettement excédentaire malgré les tensions géopolitiques au Moyen-Orient, et les stocks de pétrole brut restent très élevés aux États-Unis. La baisse est un peu moins marquée en dollars (-15,1 % après -7,7 %) car l'euro s'apprécie en décembre.

Les prix des matières premières industrielles sont quasi stables

Les prix en euros des matières premières industrielles sont quasi stables (-0,1 % après -2,1 %), du fait des matières premières minérales (-0,1 % après -3,8 %) qui forment l'essentiel de ces produits importés. D'un côté, les prix du minerai de fer chutent encore (-15,5 % après -8,3 %), car les stocks chinois restent encore importants, et les prix des métaux précieux continuent également de baisser (-2,5 % après -5,2 %), particulièrement l'or (-2,8 %) et l'argent (-4,5 %). De leur côté, les cours des métaux non ferreux se redressent (+2,4 % après -3,0 %), notamment certains métaux industriels tels que le cuivre (+0,7 % après -6,2 %), dont la production s'est stabilisée, et le plomb, dont les cours accélèrent (+8,9 % après +1,6 %).

Les prix des matières premières agro-industrielles reculent (-1,3 % après +3,4 % ; -3,2 % sur un an), en particulier, les prix de la pâte à papier (-3,2 % après +3,7 %) et les bois sciés tropicaux (-2,9 % après +3,9 %).

Les prix des matières premières alimentaires se replient

Les prix en euros des matières premières alimentaires se replient (-2,3 % après +0,7 %). Les craintes suscitées par les retards de récolte au Brésil contribuent à la baisse des cours du sucre (-0,8 % après +10,3 %). Les prix des céréales se replient (-1,3 % après +2,2 %), en raison d'une faible demande mondiale, en particulier pour le maïs ; cependant, les achats permettent une stabilité du prix du riz. Les prix des produits oléagineux baissent encore (-6,3 % après -2,6 %), du fait d'une forte production d'huile d'olive notamment. Enfin la hausse du cours de la viande bovine (+3,7 %) compense en partie les diminutions des autres produits alimentaires.

Pétrole et dérivés

 

Consulter le communiqué de presse

Lien de secours