L'information financière que vous ne trouvez nulle part ailleurs !

Actualité

Nous sélectionnons chaque jour les news que nous estimons importantes pour pouvoir suivre les points suivants :

• le fonctionnement général des marchés financiers, selon les produits et les régions du monde (et principalement en France, Europe et USA) ;

• la réglementation des activités financières, principalement en France, Europe et USA ;

• les tendances économiques et financières fondamentales qui permettent déjà de « voir » l’avenir économique et financier du monde.

Ven. 01 avr. 2016 - FMI - Prix du pétrole et économie mondiale : une histoire compliquée

Partagez
Noter cette article :

Auteur: Y B

Date de publication: 01/04/2016

 

Le Fonds monétaire international a publié l'article de Maurice Obstfeld, Gian Maria Milesi-Ferretti et Rabah Arezki, sur le thème du prix du pétrole et de l'économie mondiale.

Voici plus de dix-huit mois que les prix du pétrole sont obstinément bas. Pourtant, comme le démontreront les Perspectives de l’économie mondiale d’avril 2016, l’effet «dopant» tant attendu pour l’économie mondiale n’est toujours pas au rendez-vous. Selon nous, les effets favorables du pétrole bon marché sur l’économie mondiale ne se feront paradoxalement sentir qu’après un certain redressement des prix, et une fois que les pays avancés auront progressé davantage pour s’extraire de cet environnement à taux d’intérêt faibles.

Depuis juin 2014, les prix ont reculé d’environ 65 % en dollars (environ 70 dollars), alors même que, dans de nombreux pays, la croissance ralentissait progressivement. Si l’on tient compte de l’appréciation de 20 % du dollar pendant cette période (en termes nominaux effectifs), les prix du pétrole ont tout de même perdu plus de 60 dollars en moyenne dans les différentes monnaies locales. Ce phénomène a pris de court de nombreux observateurs, y compris nous-mêmes au FMI, qui pensions que la baisse du prix du pétrole représenterait un avantage net pour l’économie mondiale, pénalisant bien-sûr les exportateurs, mais profitant dans une plus large mesure aux importateurs. Cette croyance s’appuyait sur l’hypothèse d’une différence spécifique entre le comportement d’épargne des importateurs et des exportateurs de pétrole : les consommateurs des régions importatrices comme l’Europe ont une plus forte propension marginale à consommer leur revenu que ceux des pays exportateurs comme l’Arabie saoudite.

Manifestement, les bourses mondiales n’ont pas souscrit à cette théorie. Depuis plus de six mois, les marchés d’actions ont tendance à baisser lorsque les prix du pétrole diminuent – à l’inverse de ce que l’on pourrait attendre si un pétrole bon marché était globalement positif pour l’économie mondiale. De fait, depuis 2015, la corrélation simple entre cours boursiers et prix du pétrole est non seulement positive (graphique 1), mais elle à doublé par rapport à une période antérieure démarrant en août 2014 (sans être historiquement exceptionnelle).

Par le passé, les épisodes de variations brutales des prix du pétrole ont eu tendance à avoir des effets contracycliques visibles. Par exemple, la croissance mondiale a ralenti après les fortes hausses. Qu’est-ce qui est différent cette fois? Plusieurs facteurs ont un impact sur la relation entre prix du pétrole et croissance, mais selon nous, la grande différence par rapport aux épisodes précédents tient à l’existence de taux d’intérêt nominaux nuls ou proches de zéro dans de nombreux pays avancés.

Télécharger le document

Lien de secours

Tous les champs sont obligatoires.

Operation in progress

Une erreur est survenur lors de l'envoi du message

Votre message a bien été envoyé

Tous les champs sont obligatoires.

Operation in progress

Une erreur est survenur lors de l'envoi du message

Votre message a bien été envoyé

Tous les champs sont obligatoires.

Operation in progress

Une erreur est survenur lors de l'envoi du message

Votre message a bien été envoyé

MemoFin Feedback vous permet de nous signaler les problèmes que vous rencontrez, de suggérer de nouvelles fonctionnalités ou de nous envoyer des commentaires d'ordre plus général.

 

Saisissez votre message ci-dessous :