L'information financière que vous ne trouvez
nulle part ailleurs !

Actualité

Nous sélectionnons chaque jour les news que nous estimons importantes pour pouvoir suivre les points suivants :

Date de publication: 28 janv. 2019
Auteur: DB
Noter cette article :
IMAGE AMF 3.png

 

En réponse à la crise financière de 2008, la Directive AIFM (Alternative Investment Fund Managers) soumet les gestionnaires à une série d’obligations dont la communication d’un reporting en risque à la destination du régulateur. Cette première étude sur les fonds alternatifs en France fournit des informations sur la composition de leurs portefeuilles, leurs expositions et sur leur niveau de risque.

Globalement, note le rapport de l’Autorité des marchés financiers (AMF),  la majorité des FIA (Fonds d’investissements alternatifs) sont des fonds traditionnels, alors que les fonds les plus risqués comme les hedge funds sont peu nombreux. Leur exposition, la gestion de la liquidité et le recours au levier semblent cohérents avec leurs stratégies d’investissement, au niveau agrégé mais également fonds par fonds, notre l’AMF. Cette étude, précise-t-elle,  a vocation à mieux surveiller les FIA et à participer à la révision des textes européens.

Elle  détaille ainsi  les caractéristiques des FIA qui reportent en France, constitués de 5 168 fonds fin 2017 pour 688 mds d'euros d’actifs nets et 915 mds d'euros d’exposition. Peu d’entre eux sont des hedge funds (0,6 % de l’actif net total), la plupart ayant des caractéristiques semblables à celles de fonds moins risqués : 59 % de l’actif net total est constitué de fonds actions, obligataires ou diversifiés. Les principaux indicateurs de risques (liquidité, levier, type d’investisseurs) semblent cohérents fonds par fonds avec les stratégies employées.

Pour tous les FIA en moyenne, et en situation de marché normale, les engagements au passif apparaissent systématiquement inférieurs aux délais de liquidation à l’actif, tels que déclarés par les gestionnaires. Concernant le niveau de levier, celui-ci demeure faible pour les fonds de private equity et les fonds de fonds (100 % de l’actif net en moyenne) ; il est légèrement supérieur pour les fonds immobiliers (150 à 200 % en moyenne) ; et il est substantiel pour les hedge funds (600 % % en moyenne).

Au-delà de cette analyse au niveau agrégé, les fonds présentant des niveaux atypiques sont analysés un par un afin de s’assurer qu’ils ne présentent pas de risque excessif. Enfin, 70 % des FIA sont détenus en moyenne par des investisseurs professionnels, principalement des assurances et des institutions financières.

Télécharger le document

Lien de secours