L'information financière que vous ne trouvez
nulle part ailleurs !

Actualité

Nous sélectionnons chaque jour les news que nous estimons importantes pour pouvoir suivre les points suivants :

Date de publication: 13 févr. 2019
Auteur: DB
Noter cette article :
FCA.png

 

Les fraudeurs, commente la Financial Conduct Authority (FCA) recherchent sans cesse de nouvelles méthodes pour arnaquer les consommateurs, mais, précise-t-elle, une des escroqueries les plus signalées consiste de plus en plus à prétendre appartenir à des entreprises autorisées. Ces escrocs, note-t-elle, proposent généralement aux investisseurs des actions, des biens mobiliers ou d'autres opportunités d'investissement qui sont non-négociables, sans valeur, surévalués, voire inexistants.

Selon une nouvelle tactique, poursuit l'autorité de surveillance, les fraudeurs utilisent le nom, le numéro d'enregistrement de l'entreprise et le numéro et l'adresse de sociétés dûment homologuées par la FCA; cette dernière appelle ces sociétés fictives des "Clone firms".

Ainsi,détaille la FCA, comme il faut obtenir auprès d'elle  une accréditation pour vendre, promouvoir ou conseiller dans le domaine de la vente d'actions ou autres types d'investissement, certains fraudeurs prétendent représenter des entreprises autorisées, voire même piratent les coordonnées de ces entreprises sur leurs registres, afin de paraître  comme de véritables intervenants.Les escrocs, une fois le client accroché, donnent ensuite leur propres numéro de téléphones, adresse et détails de leur site web aux victimes potentielles. Certains fraudeurs déclarent également obsolètes les informations affichées dans le registre de la FAC en se réclament de telle ou telle société; a ce propos, la FCA rappelle que cet argument est impossible dans la mesure où son registre est mis à jour chaque fin de journée.

Les escrocs prétendent également appartenir à des sociétés étrangères inscrites au registre, dans la mesure où ces entreprises ne disposent pas toujours des coordonnées complètes de leurs contacts et de leurs sites web. Ils peuvent même, note la FCA, copier le site web d'une entreprise agrée, en apportant des modifications ciblées telles que les numéros de téléphones indiqués.  L'autorité des marchés britanniques, relève même qu'elle a vu des fausses versions de sons site web et de son registre des sociétés autorisées avec des fausses coordonnées pour présenter l'entreprise de fraudeurs. 

 

 

Télécharger le document

Lien de secours