L'information financière que vous ne trouvez
nulle part ailleurs !

Actualité

Nous sélectionnons chaque jour les news que nous estimons importantes pour pouvoir suivre les points suivants :

Date de publication: 3 févr. 2020
Auteur: DB
Noter cette article :

Selon le dernier rapport de l'OCM (Observatoire des cérdits aux ménages), présenté par la Fédération bancaire françaises (FBF), qui se base sur une enquête réalisée auprès de 13 000 ménages, le taux de détention des crédits par les ménages recule légèrement en 2019. Il s'établit à 47,4%, après s'être stabilisé à 47,8 % en 2018. Toutefois, note la FBF,  le sentiment d'une nette amélioration de leur situation financière et budgétaire laisse présager un redressement des intentions de crédits immobiliers pour 2020.

Le taux de détention des crédits immobiliers reste sur des niveaux élevés, souligne le rapport. Sous l'effet du dynamisme de la production des établissements de crédit et grâce à des conditions d'accès au crédit qui n'ont jamais été aussi bonnes, le taux de détention des crédits immobiliers reste sur les niveaux les plus élevés observés depuis le début des années 2000. Il s'établit à 31,1% en 2019 (contre 31,4% en 2018). La part des ménages qui accède à la propriété reste elle aussi stable en 2019, à 23,6%, l'un des niveaux les plus élevés observés depuis 25 ans.

 En 2019, poursuit le rapport de l’OCM,  si la production de crédits n'a pas fléchi, le repli de la détention de crédits à la consommation obtenus auprès de la famille et des amis accompagne un nouveau recul des cartes de crédit. Le taux global de détention de crédits à la consommation s'érode, pour descendre à 26,5% (26,8 % en 2018). Mais ce recul reste modéré par rapport à celui qui s'était constaté durant les années 2014 à 2016.

8 % en 2018. Toutefois, note la FBF,  le sentiment d'une nette amélioration de leur situation financière et budgétaire laisse présager un redressement des intentions de crédits immobiliers pour 2020.

Le taux de détention des crédits immobiliers reste sur des niveaux élevés, souligne le rapport. Sous l'effet du dynamisme de la production des établissements de crédit et grâce à des conditions d'accès au crédit qui n'ont jamais été aussi bonnes, le taux de détention des crédits immobiliers reste sur les niveaux les plus élevés observés depuis le début des années 2000. Il s'établit à 31,1% en 2019 (contre 31,4% en 2018). La part des ménages qui accède à la propriété reste elle aussi stable en 2019, à 23,6%, l'un des niveaux les plus élevés observés depuis 25 ans.

 En 2019, poursuit le rapport de l’OCM,  si la production de crédits n'a pas fléchi, le repli de la détention de crédits à la consommation obtenus auprès de la famille et des amis accompagne un nouveau recul des cartes de crédit. Le taux global de détention de crédits à la consommation s'érode, pour descendre à 26,5% (26,8 % en 2018). Mais ce recul reste modéré par rapport à celui qui s'était constaté durant les années 2014 à 2016.

Télécharger le document

Lien de secours