L'information financière que vous ne trouvez
nulle part ailleurs !

Actualité

Nous sélectionnons chaque jour les news que nous estimons importantes pour pouvoir suivre les points suivants :

Date de publication: 6 avr. 2021
Auteur: DB
Noter cette article :
BIS.jpg

Le Comité de Bâle sur le contrôle bancaire a publié  des principes pour la résilience opérationnelle, qui visent à rendre les banques plus aptes à résister, à s'adapter et à se remettre des événements indésirables graves, a annoncé la Bank of International Settelement (Banque des Règlements Internationaux-BRI) Outre les principes de résilience opérationnelle, le Comité procède également à des révisions de ses principes de bonne gestion du risque opérationnel ( Principles for the sound management of operational risk-PSMOR) reflétant la relation naturelle entre la résilience opérationnelle et le risque opérationnel. Cela fait suite à une consultation sur les deux documents en août 2020. Compte tenu du rôle critique joué par les banques dans le système financier mondial, le renforcement de la résilience des banques à absorber les chocs liés aux risques opérationnels, tels que ceux résultant de pandémies, de cyberincidents, de défaillances technologiques ou de catastrophes naturelles, offrira des garanties supplémentaires au système financier and son ensemble, souligne la BRI. Ces dernières années, la croissance des menaces liées à la technologie a accru l'importance de la résilience opérationnelle des banques. La pandémie de Covid-19 a rendu la nécessité de faire face à ces menaces encore plus pressantes. En ce qui concerne le risque opérationnel, le Comité a apporté un nombre limité de révisions techniques qui consistent à :

• aligner le PSMOR sur le cadre de risque opérationnel Bâle III récemment finalisé ;

• mettre à jour les orientations le cas échéant dans les domaines de la gestion du changement et des TIC ;

• améliorer la clarté globale du document de principes.

Les principes de la résilience opérationnelle s'appuient sur le PSMOR et sont largement dérivés et adaptés des orientations existantes sur l'externalisation, la continuité des activités et la gestion des risques, publiées par le Comité ou les autorités de surveillance nationales sur plusieurs années, note la BRI. En s'appuyant sur les orientations existantes et les pratiques actuelles, le Comité cherche à élaborer un cadre cohérent et à éviter les doubles emplois. Les principes de résilience opérationnelle se concentrent sur la gouvernance ; la gestion des risques opérationnels ; la planification et tests de continuité des activités ; la cartographie des interconnexions et des interdépendances ; la gestion des dépendances tierces ; la gestion des incidents ; et la résilience de la cybersécurité et des TIC.

Télécharger le document

Lien de secours