L'information financière que vous ne trouvez
nulle part ailleurs !

Actualité

Nous sélectionnons chaque jour les news que nous estimons importantes pour pouvoir suivre les points suivants :

Date de publication: 15 oct. 2018
Auteur: DB
Noter cette article :
ABE.png

L'Autorité bancaire européenne (EBA) vient de publier la mise à jour périodique de son tableau de bord sur les risques bancaires, qui résume les principaux risques et  vulnérabilités du secteur bancaire de l'UE à l'aide d'indicateurs de risques quantitatifs. Au deuxième  trimestre (T2) 2018, le tableau de bord identifiait les améliorations en cours dans la reconstruction du secteur bancaire de l'UE, mais pointés également les risques résiduels pour la rentabilité des banques.

Les ratios de fonds propres de banques européennes, note l'EBA, restent élevés, à l'instar du premier trimestre (T1) de 2018. Le ratio CET1 (Common Equity Tier 1) s'est maintenu à 14,5% avec une légère augmentation de la valeur des fonds propres de CET1, accompagnée d'une augmentation de l'exposition totale au risque. Les ratios CET1 sont restés supérieurs à 12% pour tous les pays de l'échantillon.

Les banques de l'UE, poursuit l'EBA, continuent d'améliorer la qualité globale de leur portefeuille de prêts. Au deuxième trimestre 2018, le ratio de prêts à risque (Non performing loan-NPL) a maintenu sa tendance à la baisse avec un niveau de 3,6%, soit le plus bas niveau depuis que la définition NPL a été harmonisée  entre les pays européens. La tendance à la baisse se constate dans tous les pays, malgré la persistance d'une forte disparité entre les pays. Le taux de couverture est de 46% au deuxième trimestre de 2018, contre 46,5% au premier trimestre de la même année.

La rentabilité, souligne cependant l'EBA, reste une préoccupation pour le secteur bancaire de l'UE. Par rapport au T1 2018, le rendement moyen des capitaux propres (ROE) a augmenté  au T2, passant de 6,8% à 7,2%. le tableau d'ensemble montre une amélioration de la part des actifs totaux détenus par les banques dont le ROE est supérieur à 6%, qui passe à 67,1% contre 64,1% au T1. 

Télécharger le document

Lien de secours

Date de publication: 12 oct. 2018
Auteur: DB
Noter cette article :
SEC.jpg

La Securities and Exchange Commission (SEC) a annoncé avoir obtenu une ordonnance d'une juridiction d'urgence pour mettre fin à l'offre initiale prévue de monnaie éléctronique (ICO)  qui affirmait faussement disposer d'une autorisation de la SEC. L'ordonnance arrête également les ventes pré-ICO en cours de la société Blockvest et de son fondateur qui ont initié cette opération. 

La plainte de la SEC fait ressortir que Blockvest a faussement affirmé que son projet d'ICO  et ses entités associées avaient reçues l'approbation réglementaire de diverses agences dont la SEC. Blockvest et son dirigeant, note l'autorité de surveillance, utilisaient ainsi la signature de la SEC de manière illégale, en prétendant que leur fond cryptographique était "autorisé et conforme à la loi". la plainte de la SEC, allègue également que le président de Blackvest avait promu son offre publique de monnaie électronique avec une fausse agence qu'il avait inventé la "Blockchain Exchange Commission", pour laquelle il utilisait un logo inspiré de celui de la SEC. 

La plainte de la SEC inculpe Blockvest et son président pour avoir enfreint les dispositions relatives à l’enregistrement des valeurs mobilières et à la lutte antifraude prévues aux articles 5a, 5c et 17 a de la Securities Act de 1933 et à l'article 10 b de la loi 1934 et à la règle 10 b-5. La plainte vise des injonctions, le retour des gains mal acquis, ainsi que des intérêts et des pénalités , ainsi que l'interdiction pour le président de participer à toute opération d'offre de valeurs mobilières, y compris numériques.   

 

 

 

Télécharger le document

Lien de secours

Date de publication: 12 oct. 2018
Auteur: DB
Noter cette article :
SEC.jpg

La Securities and Exchange Commission (SEC) vient de présenter un nouveau plan stratégique destiné à guider les travaux de l'agence au cours des quatre prochaines années, en mettant l'accent sur les investisseurs, l'innovation et la performance.  Les objectifs du plan, précise la SEC, reflètent  son engagement dans sa mission de longue date , tout en exploitant les opportunités et en relevant les défis liés aux marchés, produits et services en constante évolution.

Le nouveau plan stratégique de la SEC, rappelle cette dernière, a été publiée  conformément à la loi de 2010 sur la modernisation de la performance et des résultats du gouvernement qui oblige les agences fédérales à définir leurs missions, leurs initiatives planifiées et leurs objectifs stratégiques  pour une période de quatre ans.  

Télécharger le document

Lien de secours

Date de publication: 11 oct. 2018
Auteur: DB
Noter cette article :
AMF.jpg

L'Autorité des marchés financiers  (AMF) vient de publier un guide sur le vote des actionnaires en assemblée générale. Ce guide, commente l'AMF, s'adresse principalement aux actionnaires individuels de sociétés françaises cotées à Paris. Il recense les résolutions les plus fréquemment présentées en assemblée générale, les expliques et propose des critères à considérer pour déterminer le choix du vote. Il vise à aider les actionnaires particuliers à mieux participer aux AG des entreprises dont ils sont actionnaires. 

Ce guide, précise l'AMF, n'a pas pour objectif de recommander une politique plutôt qu'une autre, mais de permettre à l'actionnaire de disposer de tous les outils pour prendre sa décision en parfaite connaissance de cause. Le guide  présente ainsi les propositions les plus fréquentes. D'autres résolutions peuvent être aussi soumises au vote des actionnaires, note l'AMF qui invite les actionnaires à prendre connaissance de l'ensemble des documents légaux publiés par les entreprises cotées avant la tenue de leur assemblée générale.

Télécharger le document

Lien de secours

Lien de secours

Date de publication: 11 oct. 2018
Auteur: DB
Noter cette article :
FCA.png

La Financial Conduct Authority (FCA) vient de publier deux documents de consultation, exposant ses propositions au cas où le Royaume-Uni quitterait l'UE  le 29 mars 2019 sans période de mise en oeuvre. Dans ce cadre, elle a également exposé son approche en matière de réglementation des agences de notation, des référentiels centraux et des fournisseurs de services de transmission de données. 

Les deux documents portent sur les amendements au manuel de la FCA et aux normes techniques contraignantes (Binding technical standards-BTS)- soit les règles détaillées de l'UE incombant à la FCA après la sortie du RU- et sur l'approche de la FCA après le Brexit en ce qui concerne les éléments non législatifs de l'UE, et, également, le régime d'autorisations temporaires qui permettra aux entreprises et aux fonds de l'espace économique européen possédant des passeports aux Royaume-Uni  d'y poursuivre leurs activités pendant  une période limitée après le Brexit, dans l'attente d'une autorisation britannique complète. 

La FCA précise dans ses documents, qu'elle se mobilise pour assurer une transition aussi en douceur que possible de la sortie du RU de l'UE.

Télécharger le document

Lien de secours

Date de publication: 10 oct. 2018
Auteur: DB
Noter cette article :
AMF.jpg

L’Autorité des marchés financiers (AMF)  a déclaré à l’'Autorité européenne des marchés financiers (ESMA) qu'elle  se conformait aux orientations concernant les règles et procédures applicables en cas de défaillance d’un participant d’un dépositaire central de titres (DCT). 

La position de l'AMF DOC-2018-10 vise à intégrer dans ses pratiques de régulation les orientations de l'ESMA s'appliquant aux règles et procédures que le DCT doit établir pour gérer la remédiation à une défaillance d'un participant en vertu de l'article 41 du règlement UE n° 909/2014.  

Cette position est applicable à compter de la date d'entrée en vigueur de l'article 41  du Règlement  du Parlement européen et du Conseil du 23 juillet 2014 concernant l'amélioration du règlement de titres dans l'UE  et  les dépositaires centraux de titres , et modifiant les directives 98/26/CE et 2014/65/UE ainsi que le règlement (IE) n° 236/2012.

Télécharger le document

Lien de secours

Date de publication: 9 oct. 2018
Auteur: DB
Noter cette article :
AMF.jpg

L'Autorité des marchés financiers (AMF) vient de publier une prise de position qui vise à prévenir le risque de commercialisation inadaptée d'OPCVM ou de FIA ( Fonds d'investissement alternatifs), à formule ou "garantis", ainsi que de titres de créance structurés présentant des caractéristiques semblables émis par des véhicules d'émission dédiées auprès du grand public.

L'AMF précise que si  la garantie du résultat de la formule ou du capital n'est pas délivrée par une entité autorisée, il existe un risque de mauvaise appréhension des risques par le client non professionnel. 

 

 

Télécharger le document

Lien de secours

Date de publication: 9 oct. 2018
Auteur: DB
Noter cette article :
ABE.png

L'Autorité bancaire européenne (EBA) vient de prendre acte de l'adoption par la Commission européenne de l'acte d'exécution modifiant le règlement n° 680/2014 ( normes techniques d'exécution concernant les rapports prudentiels) en ce qui concerne l'inclusion de l'évaluation prudentielle dans le COREP ( Common reporting framewotk) ainsi que d'autres amendements.

La loi d'exécution qui repose sur le projet final d'ITS (Implementing technical standard) sur les rapports de surveillance soumis à l'EBA en avril 2018, a été adoptée par la Commission le 9 octobre 2018, mais sa publication au Journal officiel de l'UE est toujours en attente, précise l'EBA. Les exigences modifiées s'appliqueront à compter du 31 décembre 2018 ( cadre de reporting v2.8), note l'EBA. Tous les documents connexes publiés sur le site de l'EBA, souligne cette dernière, ont été mis à jour pour transcrire l'adoption de la loi d'exécution.

Télécharger le document

Lien de secours

Date de publication: 8 oct. 2018
Auteur: DB
Noter cette article :
ESMA%20logo.jpg

L'Autorité européenne des marchés financiers (ESMA) vient de mettre à jour sa base de données relative à la  limitation de double volume ( double volume cap-DVC), au titre de la directive concernant les marchés d'instrument financiers (MiFID II). Les dernières  mises à jour comprennent des données et des calculs DVC pour la période du 1er septembre au 31 août 2018, ainsi que des mises à jour des périodes DVC déjà publiées. 

Le nombre de nouvelles infractions, précise l'ESMA, s'élève à 59: 57  actions pour le plafond de 8% applicable à toutes les plates-formes de négociation et 12 actions pour la plafond de 4% qui s'appliquent aux plates-formes individuelles. Les transactions dans le cadre des dérogations pour tous les nouveaux instruments financiers contraires aux seuils DVC devraient être suspendus du 11 octobre 2018 au 10 avril 2019. Les instruments pour lesquels des plafonds existaient déjà au cours des périodes précédentes continueront d'être suspendus. Au 8 octobre, note l'ESMA, 652 instruments avaient été suspendus. 

Télécharger le document

Lien de secours

Date de publication: 8 oct. 2018
Auteur: DB
Noter cette article :
FCA.png

La Financial Conduct Authority vient de publier de nouvelles règles visant à améliorer les conseils fournis aux personnes qui envisagent un transfert de leur pension de retraite. Cette initiative, souligne la FCA, confirme qu'elle donne suite à la plupart des propositions soumises à a la consultation de mars 2018, qui concernaient principalement les transferts de régime de retraite à prestations définies (defined benefit-DB) vers des régimes de retraite a cotisations définies (defined contribution).

ette consultation proposait d'apporter de nouvelles modifications à ces règles et des conseils sur le transfert de régimes à prestations protégées (Safeguarded benefit shemes-SBS) , c'est à dire, les cas où il existe une forme de garantie ou promesse concernant le taux de revenu de pension sécurisé que le membre affilié recevra ou pas). Les modifications de la FCA incluent une obligation pour tous les spécialistes des transferts de pension de posséder une qualification spécifique pour fournir des conseils sur les investissements d'ici octobre 2020, permettant ainsi aux conseillers d'identifier si un régime de pension et une solution d'investissements proposés sont conformes aux besoins et aux objectifs du client.

La FCA précise qu'elle s'attend, notamment, à ce que les conseillers tiennent compte de l'attitude et la compréhension de leurs clients face aux risques liés à la renonciation des prestations garanties pour des prestations flexibles. Ces nouvelles règles, précise la FCA, devraient améliorer les conseils qu les gens obtiennent lorsqu'ils envisagent de transférer leur pension, notamment en raison de la liberté du choix de sa pension. Dans ses recommandations,

La FCA s'est également attaché à identifier l'ensemble des causes qui suscitent de mauvais conseils des professionnels des systèmes de retraite à leurs clients. Les travaux de la FCA sur l'amélioration de la qualité des avis de transfert de pensions sont en cours depuis 2015 et, à la suite de ses travaux de supervision, rappelle-t-elle, un certains nombre de sociétés ont cessé de fournir des avis de transfert de pensions. La FCA mène aussi régulièrement des sessions d'information et de formation auprès des professionnel, pour montrer ce que sont les bonnes ou les mauvaises pratiques

Télécharger le document

Date de publication: 5 oct. 2018
Auteur: DB
Noter cette article :
AMF.jpg

L’Autorité des marchés financiers (AMF) vient de mettre à jour sa doctrine pour renforcer la transparence et l’effectivité du vote des actionnaires en assemblée générale. Cette initiative est l’aboutissement de réflexions menées par la commission consultative « Epargnants » de l’AMF et poursuivies par un groupe de travail crée par cette dernière, précise l’autorité de surveillance.  

Cette  dernière rappelle, qu’en octobre 2017, elle avait intégré dans sa doctrine plusieurs des propositions émises par un groupe de travail de la commission « Epargnants »  dans un rapport publié en mars 2017. Le collège de l’AMF avait par ailleurs chargé un groupe de travail de poursuivre la réflexion, notamment dans la perspective de la transposition de la directive européenne dite « Droit des actionnaires » et sur d’autres propositions telles que les votes par  correspondance et par procuration

Composé à partir de membres des commissions consultatives « Epargnants » et « Emetteurs », ainsi que de représentants de la gestion d’actifs et de professionnels du titre, ce groupe de travail a présenté sept nouvelles recommandations, précise l’AMF. Le collège de l’AMF a décidé de reprendre à son compte l’ensemble de ces propositions et des les intégrer à la recommandation AMF n° 2012-05 sur les assemblées générales d’actionnaires et sociétés cotées.

 

 

Télécharger le document

Lien de secours

Date de publication: 5 oct. 2018
Auteur: DB
Noter cette article :
ESMA%20logo.jpg

L'Autorité européenne des marchés financiers (ESMA) vient d'annoncer le retrait des directives MiFID sur les systèmes et les contrôles dans un environnement de négociation automatisé pour les plates-formes de négociation, les entreprises d'investissement et les autorités compétentes.  

Afin de garantir une application commune, uniforme  et cohérente des normes MiFID I et MAD ( Market Abuse Directive), l'ESMA a adopté, en décembre 2011, des lignes directrices sur les systèmes et les contrôles dans un environnement commercial automatisé pour les plates-formes de négociation, les entreprises d'investissement et les autorités compétentes. Dans le cadre de la mise en oeuvre de MiFID II, le 3 janvier 2018, L'ESMA a examiné ces lignes directrices afin de déterminer si, dans le contexte du nouveau cadre législatif, elles devraient être modifiées ou abrogées.

Ainsi, après avoir examiné les lignes directrices, l'ESMA a décidé de les retirer , car le sujet en question avait été intégré avec succès à la directive de MiFID II et à ses mesures de mise en oeuvre. 

 

Télécharger le document

Lien de secours

Date de publication: 4 oct. 2018
Auteur: DB
Noter cette article :
BIS.jpg

Le Comité de Bâle vient de publier les résultats de son exercice de suivi de Bâle 3, fondé sur des  données au 31 décembre 2017, fournies par l Banque des Règlements Internationaux (BRI). . Le Comité a mis en place un processus de reporting rigoureux permettant d'examiner régulièrement les implications de normes Bâle 3 pour les banques. Ce rapport est publié depuis 2012, après que le cadre de Bâle 3 ait été mis en place en 2010.

Ces données, précise le Comité, ont été fournies par un total de 206 banques, dont 111 établissements actifs au niveau international. Ces dernier, dits du groupe 1, sont définis comme des banques actives sur le plan international, dotées d'un capital de plus de 3 milliards d'euros et regroupe les 30 banques désignées comme des banques d'importance systémique mondiale (Global systemically important banks- G-SIBs). L'échantillon du Comité comprend également 95 banques du groupe 2, soit des banques dont le capital de première catégorie est inférieur à 3 milliards d'euros ou qui ne sont pas actives sur le plan international. 

Les exigences minimales définitives de Bâle 3 devraient être mises en oeuvre d'ici le 1er janvier 2027. Sur la base d'une intégration progressive, note le rapport de la BRI, le manque de fonds propres à la date de clôture de l''exercice 2017, s'élève à 25,8 milliards d'euros pour les banques du groupe 1 au regard du niveau cible. Ce chiffre est inférieur de plus de 70% à celui de l'exercice d'évaluation de fin 2015 et s'explique principalement par des niveaux plus élevés de capital éligible. Pour les banques du groupe 1, poursuit, l'exercice 2018, le capital minimum requis de première catégorie, Tier 1,  augmenterait de 3,6% après la mise en oeuvre complète de normes finales de Bâle 3 par rapport aux normes initiales. 

Télécharger le document

Lien de secours

Date de publication: 3 oct. 2018
Auteur: DB
Noter cette article :
SEC.jpg

La Securities and Exchange Commission (SEC) a annoncé que Crédit Suisse Securities LLC avait accepté de régler les accusations portées par la SEC et le bureau du procureur général de New-York concernant des déclarations inexactes et des omissions importantes dans le  cadre de ses services d'exécution client (Retail Execution Services- RES), désormais fermés, une activité qui concerne certaines commandes clients.  L'accord, précise la SEC, prévoit que Crédit Suisse verse 5 millions de $ à la SEC et 5 millions de $ au NYAG. 

Conformément aux attendus de la SEC, le Crédit Suisse a crée e guichet RES pour exécuter les ordres d'autres courtiers qui gèrent les flux des ordres pour le compte d'investisseurs privés. Selon l'autorité de surveillance, bien que ses services RES ait permis à la banque de mettre en avant  son accès aux liquidités du dark pool, la banque n'a exécuté qu'un nombre trés réduit d'ordres  détenus ( Held orders)- soit des ordres devant être exécutés immédiatement au prix du marché actuel- dans des dark pools de septembre 2011 à décembre 2012.

La SEC constate également que, malgré les affirmations de la banque, ses ordres sur RES traités par code informatique, montraient une mauvaise qualité d'exécution qui ne respectait pas les règles de reporting auprès des clients. 

Télécharger le document

Lien de secours

Date de publication: 3 oct. 2018
Auteur: DB
Noter cette article :
ESMA%20logo.jpg

L'Autorité européennes des marchés financiers (ESMA) vient de publier son programme de travail 2019 qui définit ses priorités pour l'année à venir, au regard de la mission de l'ESMA qui vise à renforcer la protection des investisseurs et à promouvoir des marchés financiers stables et ordonnés.

Conformément à son orientation stratégique 2016-2020, L'ESMA précise qu'elle continuera de se concentrer sur ses activités de convergence de la surveillance et d'évaluation des risques sur les marchés financiers. En outre, poursuit-elle, elle assumera de nouvelles  responsabilités de supervision directe en vertu du règlement sur les opérations de financement sur titres (Securities Financing Transactions Regulation- SFTR).et du règlement sur la titrisation. L'ESMA ajoute également qu'elle soutiendra l'initiative pour un financement durable par le biais d'un ensemble d'actions prioritaires visant à intégrer les considérations environnementales, sociales et de gouvernance (ESG) dans la chaîne d'investissement.

Par ailleurs, les préparatifs en vue du retrait du Royaume-Uni de l'UE continueront de constituer un axe majeur pour l'ESMA en 2019.  Cela implique, explique l'institution européenne, qu'elle soit prête à adapter et à redéfinir les priorités de son programme de travail si nécessaire. Une adaptation du travail de l'ESMA pourrait être nécessaire pour tenir compte des révisions éventuelles du mandat de l'ESMA dans le cadre de la révision du systéme européen de surveillance financière ( Review of the european system of financial supervision -ESA Review) et d'EMIR 2.2. 

Télécharger le document

Lien de secours

Date de publication: 2 oct. 2018
Auteur: DB
Noter cette article :
FFA-LOGO.jpg

La Fédération Française de l’Assurance (FFA) rappelle que les assureurs, mobilisés pour faire progresser leurs démarches d’investisseurs responsables,  travaillent collectivement pour partager leurs bonnes pratiques et proposer des outils pédagogiques afin de mieux intégrer les facteurs environnementaux, sociaux et de bonne gouvernance (ESG) dans leurs politiques d’investissement.

Depuis 2016, souligne la FFA, dans le cadre de l’application de l’article 173 de la loi pour la transition énergétique et la croissance verte, un groupe de travail commun à la Commission économique et financière et à la Commission  développement durable de la FFA travaille sur l’intégration de critères ESG et climat dans les stratégies d’investissement. C’est dans le cadre de cette démarche que les assureurs viennent de publier un guide de bonnes pratiques concernant les politiques d’engagement et d’exclusion ESG.

 Les pratiques d’engagement désignent la démarche de dialogue mise en place par un investisseur avec les entreprises qu’il finance afin d’influencer dans la durée leurs pratiques environnementales, sociales et de gouvernance (ESG) et/ou d’améliorer leurs pratiques de reporting en la matière,  commente la FFA. L’exclusion consiste quant à elle à exclure du portefeuille certains types d’investissements.
Pour la fédération professionnelle, l’objectif de ce guide est d’offrir un outil pratique aux assureurs et à toutes les parties prenantes pour déployer de telles politiques et mieux comprendre  les enjeux auxquels la profession doit faire face dans ce cadre.

 

Télécharger le document

Lien de secours

Date de publication: 1 oct. 2018
Auteur: DB
Noter cette article :
FCA.png

La Financial Conduct Authority (FCA) vient d'infliger une amende de 16,4 millions de £ à la société Tesco Personal Finance (Tesco Bank) pour avoir émis de mettre en oeuvre les compétences, le soin et la diligence voulus pour protéger ses détenteurs de comptes courants personnels contre une cyber-attaque qui a eu ileu en novembre 2016.

Les cyber-attaquants, note la FCA, ont exploité les déficiences de la conception de carte de débit, des contrôles de la criminalité financière et de l'équipe des opérations criminelles de Tesco Bank pour mener à bien leur attaque. Ces déficiences, poursuit la FCA, ont rendu les détenteurs de comptes courants personnels de Tesco Bank vulnérables à un incident survenu pendant 48 heures et qui a permis aux cyber-attaquants de détourner 2,26 millions de £.

La FCA affirme dans ses attendus, qu'elle ne manifestait aucune tolérance pour les banques qui ne protègent pas leurs clients des risques prévisibles. En l'espèce, rappelle-t-elle, l’attaque avait été précédée d'un avertissement très spécifique auquel Tesco Bank n'avait pas répondu correctement, précise-t-elle. Par la suite, relève l'autorité de contrôle, Tesco Bank a renforcé ses contrôles afin d'empêcher que ce type d'incident ne se reproduise. 

Télécharger le document

Lien de secours

Date de publication: 1 oct. 2018
Auteur: DB
Noter cette article :
SEC.jpg

La Securities and Exchange Commission (SEC) a annoncé que SG Americas Securities  devait payer plus de 800.000 $ pour régler les accusations de pratique abusive de certificats de dépôt américains (American Depository Receipt-ADR), du fait, principalement, de l'entité qu'elle a remplacé, Newedge USA LLC. 

Dans son ordonnance contre la Société Générale, un courtier enregistré et  la filiale de la Société Générale, la SEC a conclu que la faute de l'entité précédente, avait permis d'émettre des ADR, non garantis  par un  nombre requis d'actions ordinaires osu-jacentes. Il s'agit, précise la SEC, de la cinquième action intentée contre une banque dépositaire ou un courtier pour pratique abusive préalable à l'émission d'ADR.

De telles pratiques, note la SEC, peuvent potentiellement gonfler artificiellement le nombre total de titres négociables d'un émetteur étranger, diluant ainsi les capitaux propres existants. En outre, souligne l'autorité de surveillance, certains des ADR pré-émis ont été utilisés pour des ventes à découvert qui n'auraient sinon pas du avoir lieu, ce qui pourrait entrainer une baisse du prix des titres de l'émetteur. Les investisseurs qui investissent dans des sociétés étrangères par le biais d'ADR, note la SEC, sont en droit d'attendre que leurs émissions soient correctement garanties par des actions étrangères. 

 

Télécharger le document

Lien de secours

Date de publication: 28 sept. 2018
Auteur: DB
Noter cette article :
SEC.jpg

La Securities and Exchange Commission (SEC) vient d’inculper le président de Tesla Inc, Elon Musk, pour une fraude boursière  due à une série de tweets faux et trompeurs sur une  opération visant  à retirer Tesla de la cote, affirme-t-elle. 

Le 7 août 2018, souligne la SEC, Musk a tweeté à ses 22 millions d'abonnés qu'il pouvait racheter les actions Tesla à 420 $ l'action, soit une plus-value importante par rapport au cours de l'époque. Celui affirmait que le financement de la transaction avait été sécurisé et la seule incertitude restante était le vote des actionnaires. Or, commente la SEC, en réalité, Musk n'avait pas discuté de conditions d'accord  précises avec des partenaires financiers potentiels et il savait, en fait, que la transaction potentielle était incertaine

Selon la plainte de la SEC , les tweets de Musk ont fait grimper de plus de 6% le cours de l'action Tesla, entraînant une perturbation du marché du titre qui a laisé les investisseurs.  La SEC, dans ses attendus, rappelle que les obligations d'un dirigeant d'entreprise de délivrer une information exacte, s'applique "avec la même force lorsque la communication se fait via les médias sociaux ou toute autre forme non traditionnelle".

La SEC, en conséquence, accuse Musk  d'avoir violé les dispositions antifraude des lois fédérales sur les valeurs mobilières et demande des sanctions civiles à son égard et une interdiction d'exercer des fonctions de dirigeant ou d'administrateur dans une société cotée. 

Télécharger le document

Lien de secours

Date de publication: 27 sept. 2018
Auteur: DB
Noter cette article :
AMF.jpg

Les encours gérés par les sociétés de gestion de portefeuille en France se sont établis fin 2017 à 3838 milliards d’euros, soit une nouvelle progression de 4,5% par rapport à 2016. Portée par des marchés boursiers favorables, un indice de volatilité et des taux directeurs historiquement bas, l’industrie de la gestion d’actifs française, note l’AMF, enregistre une hausse des actifs sous gestion poussée par la croissance des encours en gestion collective.

Avec un taux de croissance moyenne de 7,7% depuis 2013, le niveau d’encours gérés par les sociétés de gestion de portefeuille a enregistré sur les quatre dernières années une progression totale de 34,6%. Ainsi, relève l’AMF, après six années de période de trouble entre 2007 et 2013, marquées par un repli en 2008, suivi d’une période de stagnation du niveau des encours ( taux de croissance totale sur six ans de 1,5%  et annuel moyen de 0,24%) , la phase actuelle de croissance du marché de la gestion d’actifs se rapproche de l’envolée de 2004-2007, avec une croissance totale de 38, 6% sur les trois dernières années et une hausse annuelle moyenne de11,5%.

Cette croissance du volume d’encours gérés se justifie notamment par la hausse des encours de la gestion collective (8% par rapport à 2016).  

 

Télécharger le document

Lien de secours