L'information financière que vous ne trouvez nulle part ailleurs !

Actualité

Nous sélectionnons chaque jour une dizaine de news que nous estimons importantes pour pouvoir suivre les points suivants :

• le fonctionnement général des marchés financiers, selon les produits et les régions du monde (et principalement en France, Europe et USA) ;

• la réglementation des activités financières, principalement en France, Europe et USA ;

• les tendances économiques et financières fondamentales qui permettent déjà de « voir » l’avenir économique et financier du monde.

Zone :

Categorie :

Mar. 08 avr. 2014 - L’Autorité des marchés financiers publie la deuxième édition de son guide à l’attention des actionnaires individuels sur le vote en assemblée générale

Partagez
Noter cette article :

L’Autorité des marchés financiers a publié la deuxième édition de son guide à l’attention des actionnaires individuels sur le vote en assemblée générale.

La saison des assemblées générales des sociétés cotées approche. Animée par sa volonté de développer l’information et la pédagogie du grand public et d’accompagner les actionnaires individuels, l’AMF publie la deuxième édition de son guide pratique sur le vote en assemblée générale.

L’assemblée générale, moment-clé de la vie d’une société cotée

Choix des administrateurs, approbation des comptes, fixation du dividende ou rémunération des dirigeants : voici quelques-unes des décisions qui font l’objet d’un vote dans le cadre d’une assemblée générale. Comment voter ? Quels critères prendre en compte ? Quel est l’impact du vote ? Autant de questions qui se posent à l’actionnaire individuel pour voter en toute connaissance de cause.

Assemblées générales 2014 : êtes-vous prêt ?

Afin de guider de façon pratique, concrète et illustrée les actionnaires dans leurs décisions de vote, l’AMF édite son deuxième guide pédagogique. Intitulé « Voter en toute connaissance de cause aux assemblées générales des sociétés cotées », ce document explique les projets de résolution les plus fréquemment présentés en assemblée générale. Il propose également une série de critères à prendre en compte avant d’arrêter sa politique de vote.

A titre d’exemple, l’édition 2014 de ce guide comporte un focus sur le «say on pay», pratique en développement qui consiste pour une société cotée à soumettre au vote consultatif de ses actionnaires la rémunération de ses dirigeants. Comprendre une politique de rémunération, la comparer aux pratiques dans des entreprises de taille ou d’activité comparable, analyser la part de rémunération fixe, variable et en actions : tels sont les critères qui président à une décision de vote pour l’actionnaire.

A travers ce guide, l’AMF poursuit sa mission de décryptage et d’information à l’attention des investisseurs particuliers, afin de leur fournir des clés de compréhension pour prendre des décisions de façon éclairée. 

Mar. 08 avr. 2014 - FMI - Les pays émergents sont-ils encore forcés à subir ?

Partagez
Noter cette article :

Le récent ralentissement de la croissance des pays émergents alimente une manie grandissante sur les marchés et dans les sphères dirigeantes. D’aucuns ont peur que leur croissance spectaculaire dans la première décennie des années 2000 (graphique 1) s’explique par un environnement extérieur favorable — crédit bon marché et cours élevé des produits de base. Et donc, tandis que les pays avancés montent en puissance et commencent à normaliser leurs taux d’intérêt, et que les progressions des cours des produits de base commencent à s’inverser, la croissance des pays émergents pourrait ralentir davantage.

D’autres affirment que des facteurs intérieurs (ou nationaux) ont joué un rôle : l’amélioration des normes de gouvernance, de véritables réformes structurelles et des politiques économiques robustes ont contribué à transformer fondamentalement les sources de la croissance des pays émergents pour placer cette dernière sur une trajectoire plus basse mais plus durable.

La vérité se situe entre les deux. Il est clair que les pays émergents contribuent largement à l’économie mondiale, et que ce qui importe pour eux importe de plus en plus pour les perspectives mondiales.

Quant à savoir ce qui importe pour les pays émergents dans les années qui viennent, cela dépend les facteurs extérieurs et intérieurs tendent à favoriser ou à freiner leur croissance.

Le chapitre 4 de l’édition d’avril 2014 des Perspectives de l’économie mondiale montre comment les facteurs extérieurs ont tiré la croissance des pays émergents ces quinze dernières années. Il ressort de l’analyse que la croissance des pays émergents, quoique encore vigoureuse, a ralenti ces deux dernières années tant à cause de conditions intérieures que de circonstances extérieures.

Télécharger le document

Lien de secours

Mar. 08 avr. 2014 - OCDE - Les réformes engagées par l’Europe commencent à porter leurs fruits mais la poursuite des efforts est indispensable

Partagez
Noter cette article :

Les mesures prises par de nombreux pays européens pour assainir leurs finances publiques commencent à porter leurs fruits, selon l’OCDE. Les économies de la zone euro qui accusaient d’importants déficits de la balance des paiements courants au lendemain de la crise sont désormais excédentaires. Les ratios dette au PIB se stabilisent et les tensions sur les marchés se sont atténuées.

Même si l’activité économique des pays européens redémarre lentement, ces pays sont confrontés à des défis de taille. Le chômage reste élevé et, dans certains pays, le chômage des jeunes a franchi la barre des 30 %.

Deux nouveaux rapports de l’OCDE – consacrés à la zone euro et à l’UE dans son ensemble – présentent les politiques indispensables pour conforter une croissance économique durable et s’attaquer au creusement des inégalités sociales en Europe.

« L’assainissement budgétaire a beaucoup progressé mais la dette publique de nombreux pays est encore trop élevée », a déclaré M. Angel Gurría, Secrétaire général de l’OCDE. « Il est indispensable de poursuivre le processus d’assainissement, sans toutefois perdre de vue la nécessité de soutenir une croissance inclusive et la création d’emplois. » Des réformes visant à renforcer le secteur bancaire, à consolider le marché unique et à stimuler les nouvelles sources de croissance dans une économie sobre en carbone sont également essentielles.

Présentant ces rapports à Bruxelles avec M. Joaquín Almunia, Vice président de la Commission européenne, M. Gurría a ajouté, « Il est également primordial de restaurer les flux de crédit et d’investissement. De ce fait, plus tôt les problèmes liés aux bilans des banques seront résolus, mieux ce sera. » (Lire le discours intégral en anglais).

D’après l’Étude sur la zone euro, il conviendrait d’améliorer la méthodologie de pondération des actifs bancaires en fonction des risques et de la rendre plus transparente. Les auteurs de cette étude saluent la mise en place du mécanisme de supervision unique mais suggèrent, lors de l’évaluation des risques, d’accorder plus d’attention au « ratio de levier », qui rapporte les fonds propres des banques à leurs actifs non pondérés.

Parallèlement, l’intensification de la concurrence est indispensable pour promouvoir la mobilité sur le marché du travail et les marchés de produits, un facteur essentiel pour assurer la prospérité d’économies dynamiques.

Selon l’Étude économique consacrée à l’UE, plusieurs pays comme l’Irlande, la Grèce, le Portugal et l’Espagne ont considérablement progressé sur la voie des réformes structurelles nécessaires à la modernisation de leur économie.

Cela étant, toujours d’après cette étude, des mesures plus approfondies et plus amples sont indispensables en Europe. Des initiatives comme le Semestre européen et le programme Horizon 2020, destinées à favoriser la croissance et l’innovation, n’ont eu jusque là que des effets limités dans la mesure où les pays n’y ont guère adhéré et que les coûts de la réglementation sont élevés, précisent encore les auteurs de l’étude.

Pour redynamiser le marché unique, la directive européenne « services » doit aller encore plus loin, explique l’étude. En raison de la diversité des règles en vigueur dans les pays de l’UE, les entreprises ont du mal à s’adapter. La coopération entre les instances de réglementation nationales pourrait être renforcée et la mobilité de la main d’œuvre stimulée en développant les mécanismes de reconnaissance automatique des qualifications.

Les progrès vers une économie sobre en carbone devraient rester une priorité et l’UE devrait adopter un objectif d’émission ambitieux pour 2030. Il conviendrait d’éviter que l’objectif fixé pour les énergies renouvelables et les mécanismes de subvention créent des distorsions au sein du marché unique.

Consulter le communiqué

Lien de secours

Mar. 08 avr. 2014 - Project Syndicate - Les loups de Wall Street

Partagez
Noter cette article :

Le site project-syndicate.org a publié l'article de Robert Skidelsky, professeur émérite d'économie politique à l'Université de Warwick et membre de l'Académie britannique de l'histoire et de l'économie, sur le thème des loups de Wall Street.

« Quel commentaire édifiant sur le capitalisme du XXe siècle » songeait à haute voix le « conférencier en développement personnel » Jordan Belfort en pensant à sa vie passée de fraude, de sexe et de drogue. A la tête de la société de courtage Stratton Oakmont, il a grugé les investisseurs de centaines de millions de dollars au début des années 1990. Après avoir vu le film de Martin Scorcese, Le Loup de Wall Street, Robert Skidelsky a été suffisamment intrigué pour lire les mémoires de Belfort sur lesquelles est basé le scénario.

Il a appris entre autres que l’escroquerie connue sous le nom de « pump and dump », le stratagème frauduleux qui a permis à Belfort et à ses acolytes d’empocher des millions, est bien plus compréhensible dans le livre que dans le film. L’idée est de racheter les actions de sociétés sans valeur au moyen de prête-noms, de vendre ces actions gonflées artificiellement à de véritables investisseurs, pour ensuite céder ses propres actions et ainsi provoquer la chute du cours et la ruine des autres investisseurs.

Ce ne sont pas seulement les petits investisseurs qui furent ruinés ; le plus frappant est la cupidité et la crédulité des riches qui se portèrent acquéreurs de la même camelote vendue par les « jeunes et stupides » courtiers que Belfort employait de préférence. Belfort était (est) de toute évidence un marchand enjôleur capable de vendre n’importe quoi, un brillant commercial avant que les drogues faussent son jugement...

Consulter l'article

Lien de secours

Lun. 07 avr. 2014 - CFTC - Condamnation de Barney LLC pour violation des règles relatives aux fonds distincts et aux fonds garantis

Partagez
Noter cette article :

La Commodity Futures Trading Commission a publié un communiqué de presse dans lequel elle annonce avoir la condamnation de Barney LLC pour violation des règles relatives aux fonds distincts et aux fonds garantis.

Selon la plainte déposée par la CFTC, Morgan Stanley Smith Barney LLC, un négociant-commissaire en contrats à terme inscrit, aurait enfreint à plusieurs reprises les règles de la CFTC relatives aux fonds distincts et aux fonds garantis. Le FCM aurait omis de réaliser des calculs quotidiens précis nécessaires aux fonds distincts et sécurisés et n'aurait pas supervisé avec diligence les questions relatives à ses activités auprès des services concernés de la Commodity Futures Trading Commission. Plus précisément, l'ordonnance de la CFTC constate que le 8 avril 2013, MSSB a transféré par erreur environ 16 millions de dollars d'un fonds garanti vers un compte bancaire d'un client, ce qui a entraîné un déficit pour le fonds garanti de MSSB d'environ 9,2 millions de dollars.

Pour avoir violé les règles relatives aux fonds distincts et aux fonds garantis, Morgan Stanley Smith Barney LLC écope d'une amende de 490 000 dollars.

Résumé :

 The U.S. Commodity Futures Trading Commission (CFTC) today announced the filing and simultaneous settlement of charges against Morgan Stanley Smith Barney LLC (MSSB), a registered Futures Commission Merchant (FCM), for violating CFTC rules governing secured funds of foreign futures and option customers, commingling customer and firm funds, failing to prepare accurate daily computations of its segregated and secured funds, failing to properly title account statements for four customer segregated accounts, and failing to diligently supervise its employees handling of matters related to its business as a CFTC registrant. None of the violations resulted in any customer losses, according to the CFTC’s Order. The Order requires MSSB to pay a $490,000 civil monetary penalty and to cease and desist from violating the Commodity Exchange Act and CFTC Regulations, as charged.

Specifically, the CFTC’s Order finds that on April 8, 2013, MSSB erroneously transferred approximately $16 million from a customer secured funds bank account resulting in a deficiency in MSSB’s secured funds of approximately $9.27 million. MSSB discovered the error the next day and cured the deficiency, the Order finds. After its secured deficiency in April 2013, MSSB independently engaged KPMG LLP to review its policies and procedures with respect to segregated and secured accounts. KPMG subsequently issued a report recommending changes to MSSB’s policies and procedures, which MSSB has substantially implemented, according to the Order.

The CFTC’s Order also finds that for approximately a six-month period in 2012, MSSB commingled customer segregated and firm funds in a customer segregated bank account.

In addition, for approximately an eight-month period in 2012, MSSB failed to prepare accurate daily computations of its segregated and secured funds, according to the Order. None of the errors caused MSSB to fall below its required segregated or secured funds; however, MSSB was required to refile 120 daily statements as a result of the errors, the Order finds.

Finally, the CFTC’s Order finds that during several months in 2012, account statements for four MSSB segregated accounts were improperly titled as customer secured accounts.

Consulter le communiqué

Lien de secours

Lun. 07 avr. 2014 - FMI - La normalisation de l’économie mondiale n’entraînera qu’une légère montée des taux d’intérêt

Partagez
Noter cette article :

Le Fonds Monétaire International a publié les résultats de sa dernière étude sur les perspectives des taux d'intérêt réels au niveau mondial.

Les taux d’intérêt réels devraient enregistrer une progression modérée avec la normalisation de la situation économique mondiale, inversant ainsi la tendance vers des valeurs négatives de l’après-crise financière. C’est ce que prévoit une nouvelle analyse du Département des études du FMI.

Le maintien de faibles taux d’intérêt réels — taux nominaux moins anticipations inflationnistes — sera certes de nature à alléger les obligations des emprunteurs mais il peut aussi limiter la marge de manœuvre des gouvernements. En présence de faibles taux d’intérêt réels, il est d’autant plus probable que les taux directeurs nominaux finissent par toucher la borne inférieure (à savoir, zéro), d’où la perte d’un instrument fondamental de politique monétaire : celui qui consiste à diminuer les taux d’intérêt pour alimenter la croissance. Comme le risque existe que les pays avancés restent aux prises avec une très faible croissance, cette contrainte pourrait se matérialiser.

S’il se produit une augmentation des taux d’intérêt réels, elle devrait être modeste car il est peu probable que les principaux facteurs à la base du tassement des taux réels s’inversent :

  • Épargne. Le taux d’épargne des pays émergents s’est sensiblement accru entre 2000 et 2007, poussant les taux d’intérêt à la baisse. Cette tendance ne devrait s’inverser que partiellement.
  • Portefeuille d’actifs. Depuis la crise financière, la demande d’actifs sûrs a augmenté —obligations par opposition aux actions et autres participations présentant un risque grandissant. L’accumulation de réserves dans les pays émergents a également contribué à cette tendance. À moins qu’une réorientation majeure et inattendue des politiques n’intervienne, cette tendance devrait probablement se poursuivre.
  • Investissement. Le recul des taux d’investissement dans les pays avancés provoqué par la crise financière mondiale devrait perdurer.

Depuis le début des années 1980, les taux d’intérêt, ou rendements, des différents actifs, toutes échéances confondues, ont reculé dans le monde entier, à un rythme nettement supérieur à celui du repli des anticipations inflationnistes. Cela signifie que les taux d’intérêt réels ont diminué. Dans l’ensemble des pays, les taux d’intérêt réels à dix ans ont chuté d’une moyenne de 5½ % durant les années 1980 à 3½ % durant les années 1990, puis à 2 % en 2001–08 et enfin à 0,33 % entre 2008 et 2012.

En raison de l’intégration économique et financière grandissante de la planète constatée durant ces trois dernières décennies, les taux d’intérêt réels obéissent désormais dans une grande mesure à des facteurs mondiaux communs, notamment dans le cas des échéances plus longues.

Si la politique monétaire a dominé l’évolution des taux d’intérêt réels durant les années 1980 et au début des années 1990, l’amélioration de la politique budgétaire dans les pays avancés a été le principal facteur à la base du repli des taux d’intérêt réels durant le reste des années 1990. Cependant, plus récemment, les facteurs signalés plus haut ont joué un rôle crucial.

Pour les besoins de notre étude, nous avons élaboré une nouvelle série de données sur les taux d’intérêt réels d’un large éventail de pays afin d’examiner plus en détail ces facteurs et de prédire le comportement futur des taux d’intérêt réels et, plus généralement, du loyer de l’argent.

Télécharger le document

Lien de secours

Lun. 07 avr. 2014 - EIOPA - Solvabilité II : lancement d’une consultation européenne sur les premiers textes de niveau 3

Partagez
Noter cette article :

L’Autorité européenne des assurances et des pensions professionnelles a lancé une consultation publique sur les orientations relatives au fonctionnement opérationnel des collèges de superviseurs, ainsi que sur un premier lot de standards techniques d’exécution.

Ces derniers concernent les processus d’approbation  de la prime d’adossement (Matching Adjustment), des fonds propres auxiliaires, des paramètres propres à l’organisme, des modèles internes (y compris la décision conjointe pour les modèles internes groupes) et des véhicules de titrisation.

Les organismes et parties prenantes sont invités à envoyer leurs commentaires avant le 30 juin 2014.

Les documents de la consultation sont disponibles sur ce site

Lun. 07 avr. 2014 - OCDE - La réforme du secteur public en Espagne est sur la bonne voie

Partagez
Noter cette article :

L'Organisation de coopération et de développement économiques a publié les résultats de son rapport intitulé « Public Governance Review of Spain: From Administrative Reform to Continuous Improvement », qui évalue de manière positive les priorités de la Commission espagnole de réforme de l’administration (CORA) et souligne que peu de pays ont présenté des plans de réforme de l’administration aussi ambitieux.

Les plans de réforme du secteur public de l’Espagne devraient permettre de renforcer la solidité et l’efficacité des institutions du pays, tandis que les propositions visant à accroître la transparence et éradiquer la corruption contribueront de manière significative au rétablissement de la confiance du public, selon un nouveau rapport de l’OCDE.

Le rapport signale néanmoins que les réformes dans les domaines concernés doivent faire l’objet de travaux suivis et non pas se résumer à un exercice ponctuel. Il préconise également d’accorder une plus grande place aux citoyens, en ayant recours aux médias sociaux pour communiquer et recueillir des commentaires, afin de susciter un regain de confiance. Le rapport indique par ailleurs que le soutien des autorités infranationales sera essentiel à la réussite des réformes.

« Rares sont les pays qui ont accordé au renforcement des institutions publiques une priorité aussi élevée », a déclaré M. Angel Gurría, Secrétaire général de l'OCDE, lors de sa présentation du rapport à Madrid. « La réforme de la CORA offre à l’Espagne le moyen de redonner au public confiance dans les institutions, mais aussi de garantir qu’elle sortira de la crise dotée d’un secteur public plus efficace, plus efficient et plus transparent, mieux adapté aux défis du XXIème siècle. Il s'agit d'une étape essentielle dans les efforts faits par l'Espagne pour construire à l’avenir une croissance forte et inclusive », a-t-il ajouté.

Dans son rapport, l’OCDE salue l’orientation des plans de réformes, conçues pour stimuler la croissance et la productivité plutôt que la réduction des coûts et des effectifs. Ce train de mesures sera au cœur de l’ensemble plus vaste des réformes structurelles entreprises par le gouvernement, et le rapport indique que du fait de la forte décentralisation de l’Espagne, il est important d’avoir une approche à l’échelle de l’ensemble de l’administration pour garantir une coordination et une intégration adéquates.

La CORA est une commission interministérielle créée en octobre 2012 pour trouver des solutions permettant d’améliorer l’efficience et l’efficacité des institutions publiques espagnoles. Elle a formulé 217 propositions dans un rapport publié en juin 2013 et le gouvernement espagnol a demandé à l’OCDE de les examiner.

Télécharger le document

Lien de secours

Lun. 07 avr. 2014 - Project Syndicate - Le discours économique et les sentiments

Partagez
Noter cette article :

Le site project-syndicate.org a publié l'article de Robert J. Shiller, lauréat du prix Nobel 2013 en économie, professeur d'économie à l'Université de Yale et co-créateur de l'indice Case-Shiller du prix des maisons aux États-Unis, sur le thème du discours économique et des sentiments.

Les fluctuations des économies mondiales sont dues en grande partie au discours tenu à leur sujet. Un discours facile à comprendre, qui joue sur les émotions, nous pousse parfois à sortir de chez nous et à dépenser de l'argent, à démarrer une entreprise, à construire de nouvelles usines ou des immeubles de bureaux ou à engager des employés. A d'autres moments, il nous inspire un sentiment de peur et nous fait nous recroqueviller sur nous-mêmes, économiser nos ressources, limiter nos dépenses et développe notre aversion au risque. Le discours économique stimule notre "esprit animal" ou au contraire l'étouffe.

Actuellement au Japon pour un cycle de conférences, je suis frappé par l'impact du discours économique sur la manière de pensée et le comportement des gens, autrement dit sur le changement qu'il induit chez eux, ainsi que la fragilité de ce changement. Peu après avoir pris ses fonctions en décembre 2012, le Premier ministre Shinzo Abe a lancé un programme de relance monétaire et budgétaire et entrepris des réformes structurelles, qui ont un impact considérable sur la confiance des Japonais. Selon le FMI, l'écart de production (la différence entre le PIB réel et le PIB potentiel) s'est réduit en valeur absolue de 3,6% à  0,9% entre 2011 et 2013...

Consulter l'article

Lien de secours

Ven. 04 avr. 2014 - CFTC - Condamnation de SK Madison Commodities et ses dirigeants pour fraude sur un pool de produits de base

Partagez
Noter cette article :

La Commodity Futures Trading Commission a publié un communiqué de presse dans lequel elle annonce avoir la condamnation de SK Madison Commodities, LLC et de ses dirigeants Michael James Seward et Yan Kaziyev pour avoir mis en place et exploité un pool de produits de base de façon frauduleuse.

La CFTC annonce avoir gelé en urgence les actifs contrôlés par la société SK Madison Commodities qui aurait selon elle violé à de nombreuses reprises les divers règlements régissant l'activité de commodity pool operator.

Selon la plainte déposée par la CFTC, les défendeurs ont mis en place et exploité à partir du mois d'octobre 2010 un pool de produits de base dans lequel plusieurs personnes ont investi 1,3 million de dollars. Pour attirer les investisseurs, les défendeurs ont menti sur les rendements historiques de leurs investissements et ont adopté des pratiques commerciales non éthiques. Ils ont également fabriqué et distribué à leurs investisseurs et aux clients potentiels de faux relevés de compte et rapports de performance dans lesquels ils étaient censés réaliser de très forts profits alors qu'en réalité ils perdaient de l'argent la plupart du temps et détournaient de fortes sommes pour le propre usage. En plus de la fraude, la plainte allègue que les défendeurs ont commis certaines violations d'enregistrement.

La CFTC déclare également avoir gelé les actifs contrôlés par la société. Les investigations sont toujours en cours.

Résumé :

The U.S. Commodity Futures Trading Commission (CFTC) today announced that on March 24, 2014, Judge Sidney Stein of the U.S. District Court for the Southern District of New York (Manhattan) issued an emergency Order freezing and preserving the remaining pool participant assets under the control of Michael James Seward, Yan Kaziyev, and their company SK Madison Commodities, LLC (SKMC), a Commodity Pool Operator based in New York City. The Order also freezes assets controlled by a successor company, SK Madison, LLC, prohibits Seward, Kaziyev, and SKMC from destroying books and records, and allows the CFTC immediate access to those records.

This emergency Order is part of a CFTC enforcement action filed on March 24, 2014. The CFTC Complaint alleges that, from as early as October 2010, Seward and Kaziyev, by and through SKMC (collectively, Defendants), fraudulently solicited more than $1.3 million from members of the public to trade futures in a commodity pool by, among other things, misrepresenting their trading practices and historical trading returns. The Complaint further alleges that the Defendants prepared and distributed to pool participants false account statements and performance reports showing huge profits, while at the same time Defendants were losing money trading futures and diverting large amounts of pool participants’ funds for Defendants’ own use. In addition to fraud, the Complaint alleges that the Defendants committed certain registration violations.

In its continuing litigation, the CFTC seeks full restitution to defrauded pool participants, disgorgement of any ill-gotten gains, the payment of appropriate civil monetary penalties, permanent registration and trading bans, and a permanent injunction from future violations of federal commodities laws, as charged.

Consulter le communiqué

Lien de secours

Zone :

Categorie :

Tous les champs sont obligatoires.

Operation in progress

Une erreur est survenur lors de l'envoi du message

Votre message a bien été envoyé

Tous les champs sont obligatoires.

Operation in progress

Une erreur est survenur lors de l'envoi du message

Votre message a bien été envoyé

Tous les champs sont obligatoires.

Operation in progress

Une erreur est survenur lors de l'envoi du message

Votre message a bien été envoyé

MemoFin Feedback vous permet de nous signaler les problèmes que vous rencontrez, de suggérer de nouvelles fonctionnalités ou de nous envoyer des commentaires d'ordre plus général.

 

Saisissez votre message ci-dessous :