L'information financière que vous ne trouvez nulle part ailleurs !

Actualité

Nous sélectionnons chaque jour une dizaine de news que nous estimons importantes pour pouvoir suivre les points suivants :

• le fonctionnement général des marchés financiers, selon les produits et les régions du monde (et principalement en France, Europe et USA) ;

• la réglementation des activités financières, principalement en France, Europe et USA ;

• les tendances économiques et financières fondamentales qui permettent déjà de « voir » l’avenir économique et financier du monde.

Zone :

Categorie :

Jeu. 18 sept. 2014 - VoxEU - Les réformes structurelles réduisent le risque d'un pays

Partagez
Noter cette article :

Le site VoxEU a publié l'article de Camilo Umana Dajud, étudiante à Sciences Po Paris, Christopher Findlay, doyen à la Faculty of Professions de l'Université d'Adélaïde, et Silvia Sorescu, économiste à l'OCDE, sur le thème de la relation entre les réformes structurelles et la réduction du risque d'un pays.

Les pays confrontés à la hausse des primes de risque sur leur dette ont reconnu la nécessité d'une réforme structurelle, mais certains hommes politiques soutiennent que l'austérité est nécessaire à court terme dans la mesure où les réformes structurelles prennent trop de temps.

Selon les auteurs de cet article, les marchés financiers peuvent présenter les avantages de la réforme structurelle, et par conséquent ces réformes devraient avoir plus de poids dans l'ensemble des différentes réponses apportées par les pays à travers le monde à la crise.

Résumé :

Countries facing rising risk premiums on their debt have recognised the need for structural reform, but some politicians have argued that austerity is necessary in the short run because structural reform takes too long. This column argues that financial markets can bring forward the benefits of structural reform, and therefore that such reforms should be given greater weight in the package of crisis responses.

Consulter l'article

Lien de secours

Mer. 17 sept. 2014 - VoxEU - Pourquoi avons-nous besoin d'un filet de sécurité financier pour le système financier

Partagez
Noter cette article :

Le site VoxEU a publié l'article de Dirk Schoenmaker, doyen et professeur de Finance à l'École Duisenberg de l'Université VU d'Amsterdam, sur le thème des raisons pour lesquelles nous avons besoin d'un filet de sécurité financière pour le système financier.

À la suite de la crise financière, les différents gouvernements à travers le monde ont réduit leurs expositions potentielles au système bancaire.

Selon l'auteur de cet article, un filet de sécurité financière reste nécessaire pour un système bancaire, contrairement à ce que prétendent de nombreux responsables politiques.

La raison principale est que les arrangements privés pourraient ne pas suffire dans une grave crise. Sans un filet de sécurité crédible, les déposants se retrouveront sur un système bancaire en difficulté.

Résumé :

In the aftermath of the financial crisis, governments have been reducing their potential exposures to the banking system. This column argues that a fiscal backstop remains necessary for a banking system, contrary to what many policymakers claim. The main reason is that private arrangements may not be sufficient in a severe crisis. Without a credible backstop, depositors will run on a troubled banking system.

Consulter l'article

Lien de secours

Lun. 08 sept. 2014 - BCE - Décision de la BCE concernant les mesures relatives aux opérations de refinancement à plus long terme ciblées

Partagez
Noter cette article :

La Banque centrale européenne a publié sa décision concernant les mesures relatives aux opérations de refinancement à plus long terme ciblées.

En vertu de l'article 18.1 des statuts du Système européen de banques centrales et de la Banque centrale européenne, la Banque centrale européenne et les banques centrales nationales des États membres dont la monnaie est l'euro peuvent effectuer des opérations de crédit avec des établissements de crédit et d'autres intervenants du marché sur la base d'une garantie appropriée pour les prêts.

Le 5 juin 2014, dans le cadre de son mandat de maintien de la stabilité des prix, le conseil des gouverneurs a décidé d'introduire des mesures visant à améliorer le fonctionnement du mécanisme de transmission de la politique monétaire en soutenant l'activité de prêt à l'économie réelle. Une mesure notamment annoncée par le conseil des gouverneurs, en lien avec cet objectif, était la décision de ce dernier de conduire, sur une période de deux ans, une série d'opérations de refinancement à plus long terme ciblées (targeted longer-term refinancing operations — TLTRO). En conduisant les TLTRO, le conseil des gouverneurs vise à soutenir l'activité de prêt bancaire au secteur privé non financier, c'est-à-dire les ménages et les sociétés non financières dans les États membres dont la monnaie est l'euro. Cette mesure ne concerne pas les prêts au logement consentis aux ménages. Par conséquent, les prêts au logement consentis aux ménages sont exclus des prêts consentis au secteur privé non financier dans le contexte de cette mesure.

Pour faciliter la participation des établissements qui, pour des raisons d'organisation, empruntent à l'Eurosystème par le biais d'une structure de groupe, il est envisagé de permettre la participation de groupes aux TLTRO lorsqu'une base institutionnelle justifie ce type de traitement. La participation du groupe s'effectue par l'intermédiaire d'un membre particulier du groupe et conformément aux conditions définies. De plus, afin de faire face aux problèmes liés à la distribution intragroupe de la liquidité, il convient de veiller à ce que, dans le cas de groupes établis sur la base de liens étroits entre leurs membres, tous les membres du groupe confirment formellement par écrit leur participation au groupe.

Les participants aux TLTRO seront soumis à des limites d'emprunt. Ils auront le droit à une facilité d'emprunt initiale lors des deux TLTRO qui seront conduites en septembre et décembre 2014. Le montant qu'ils pourront emprunter, dans le cadre de cette facilité initiale, dépendra de l'encours total de prêts éligibles consentis au secteur privé non financier au 30 avril 2014. Qu'ils aient ou non participé aux TLTRO menées en 2014, les participants pourront emprunter des facilités supplémentaires dans le cadre des six TLTRO qui seront conduites en 2015 et 2016. Les montants pouvant être empruntés dans le cadre de ces facilités supplémentaires seront déterminés sur la base du montant net de prêts éligibles des participants consentis au secteur privé non financier, calculé conformément aux critères fixés pour une période donnée, au-delà d'une valeur de référence définie. Le conseil des gouverneurs fixe la valeur de référence applicable en veillant à équilibrer le besoin de préserver le caractère ciblé de la mesure avec l'objectif de faciliter une participation suffisante à ces opérations de manière à influencer significativement le mécanisme de transmission de la politique monétaire.

Les participants auront la possibilité de rembourser des montants alloués, conformément aux procédures définies, à partir de 24 mois après chaque TLTRO.

Les objectifs des TLTRO sont renforcés par l'obligation de remboursement anticipé en septembre 2016 si le montant net des prêts éligibles du participant qui a emprunté dans le cadre des TLTRO, calculé selon les critères définis pour une période donnée, est inférieur à la valeur de référence qui lui est applicable.

Les établissements qui souhaitent participer aux TLTRO seront soumis à certaines obligations de déclaration. Les informations déclarées seront utilisées pour déterminer le montant des facilités d'emprunt initiales et supplémentaires, pour calculer la valeur de référence applicable, pour calculer tout remboursement anticipé obligatoire et pour contrôler l'incidence des TLTRO. De plus, il est envisagé que les BCN recevant des données déclarées puissent les échanger au sein de l'Eurosystème dans la mesure et au niveau nécessaires aux fins de la bonne mise en oeuvre du dispositif des TLTRO et de l'analyse de son efficacité. Aux fins de la validation adéquate des données fournies, les données statistiques collectées peuvent être partagées au sein de l'Eurosystème.

Télécharger le document

Lien de secours

Mar. 09 sept. 2014 - Cour des comptes - La politique publique de lutte contre la contrefaçon

Partagez
Noter cette article :

La Cour des comptes a rendu public un référé sur la politique publique de lutte contre la contrefaçon portant atteinte à des droits de propriété industrielle relatifs aux marques, aux dessins, aux modèles et aux brevets.

Selon ce document, la France est à la pointe de la lutte contre la contrefaçon et la cyber-contrefaçon aux niveaux européen et mondial.

Les pouvoirs publics ont joué un rôle pilote pour que l’Union européenne se dote d’un cadre législatif et réglementaire et que des actions répressives coordonnées et homogènes soient mises en place.

Au niveau national, plusieurs textes ainsi qu’un plan d’action ont été récemment élaborés.

La Cour formule six ecommandations visant à renforcer l’efficacité de l’action publique dans ce domaine.

Télécharger le document

Lien de secours

Mar. 16 sept. 2014 - OCDE - Profils des échanges mondiaux et de la spécialisation au cours des cinquante prochaines années

Partagez
Noter cette article :

L'Organisation de coopération et de développement économiques a publié un article sur le thème des profils des échanges mondiaux et de la spécialisation au cours des cinquante prochaines années.

Ce rapport présente des données descriptives concernant les tendances en matière de spécialisation et examine empiriquement ses causes et conséquences tout en analysant le rôle des politiques publiques à cet égard.

À partir des enseignements tirés de l’analyse rétrospective, il établit ensuite des scénarios d’échanges mondiaux et de spécialisation jusqu’en 2060 en tenant compte des retombées internationales qu’ils pourraient avoir.

Le rapport souligne que la spécialisation commerciale dépend de l’avantage comparatif que représente la dotation en facteurs de production, bien que les politiques générales et les politiques commerciales aient aussi leur importance. Par exemple, les droits de douane prélevés sur les biens intermédiaires s’avèrent préjudiciables aux échanges, cet effet s’accentuant au fil des ans.

Cette évolution témoigne vraisemblablement du fait que le développement des chaînes d’approvisionnement mondiales amplifie l’incidence des droits de douane.

L’analyse prospective laisse supposer qu’au cours des cinquante prochaines années, le centre géographique des échanges s’éloignera encore des pays de l’OCDE au profit de pays d’autres régions dont la croissance s’accélèrera. La libéralisation des échanges mondiaux multilatéraux pourrait entraîner une augmentation des échanges mondiaux de 15 % d’ici 2060 par rapport à la situation actuelle tandis que la hausse induite par la libéralisation régionale dans un groupe composé des grands pays de l’OCDE ne serait que de 4 % en raison de la réorientation des courants d’échanges.

Consulter l'article

Lien de secours

Lun. 15 sept. 2014 - OCDE - Vulnérabilité des institutions sociales

Partagez
Noter cette article :

L'Organisation de coopération et de développement économiques a publié un article sur le thème des défis politiques pour les 50 prochaines années.

Les systèmes de protection sociale sont confrontés à de nombreux défis. La récente crise économique a été un test de robustesse avec son lot de chômage élevé et de hausse de la dette publique dans de nombreux pays. La crise a également réduit le PIB potentiel et donc la base de financement des régimes de protection sociale.

Dans le même temps, le vieillissement et les autres tendances séculaires soulèvent des questions de durabilité financière à long terme.

Les caractéristiques structurelles des institutions sociales déterminent leur capacité à faire face aux chocs et aux changements de tendance, et également le partage des risques entre les institutions et leurs parties prenantes. Elles définissent aussi la possibilité d’ajustements automatiques ou discrétionnaires lorsqu’il faut faire des arbitrages entre la durabilité financière, l’adéquation des services et des gains d’efficacité.

Ce rapport examine la viabilité des institutions sociales et leur capacité à absorber et à faire face aux chocs à court terme et aux tendances de long terme par le partage des risques et le lissage des dépenses, en se concentrant sur les régimes de retraite, de soins de santé et d'assurance chômage.

Le concept de vulnérabilité

Consulter l'article

Lien de secours

Ven. 12 sept. 2014 - OCDE - Défis politiques pour les 50 prochaines années

Partagez
Noter cette article :

L'Organisation de coopération et de développement économiques a publié un article sur le thème des défis politiques pour les 50 prochaines années.

Ce document passe en revue et analyse quelques-uns des problèmes clés auxquels les pays de l’OCDE et leurs partenaires pourraient être confrontés dans les 50 prochaines années si les grandes tendances mondiales se confirment en matière de croissance, d’échanges, d’inégalités et de pressions environnementales.

Par exemple, la croissance mondiale va vraisemblablement ralentir et devenir de plus en plus tributaire du savoir et de la technologie. Les coûts économiques des dommages causés à l’environnement vont augmenter. L’importance croissante du savoir dans l’économie aura en général pour effet d’accroître le rendement de la formation, ce qui devrait accentuer les inégalités de revenu au sein des pays. Ces inégalités n’augmenteront pas automatiquement avec le revenu avant impôt, mais les pouvoirs publics auront peut-être du mal à les atténuer, en raison de l’intégration commerciale et de la mobilité croissante des assiettes fiscales, ainsi que des fortes pressions budgétaires auxquels ils sont soumis.

Ce document examine les solutions que les politiques structurelles nationales peuvent offrir à ces problèmes et à un certain nombre d’enjeux connexes ; il souligne également le besoin croissant d’une coordination et d’une coopération internationales face à ces questions au cours des 50 prochaines années.

La croissance du PIB mondial va ralentir au cours des 50 prochaines années, de 2010 à 2060

Lien de secours

Jeu. 11 sept. 2014 - OCDE - Panorama des statistiques de l’OCDE - Édition 2014

Partagez
Noter cette article :

L'Organisation de coopération et de développement économiques a publié le panorama de ses statistiques 2014.

Le Panorama des statistiques de l’OCDE est la publication statistique la plus complète de l’Organisation. Il contient un large éventail d’indicateurs comparables à l’échelle internationale qui permettent d’évaluer et de comparer les performances des pays dans le temps et dans divers domaines qui sont au premier plan des préoccupations des citoyens et des responsables de l’action publique.

Rédigé dans un langage accessible à tous, le Panorama des statistiques de l’OCDE propose plus de 100 indicateurs couvrant les 34 pays membres de l’OCDE, et, sous réserve de données comparables disponibles, l’Afrique du sud, le Brésil, la Fédération de Russie, l’Inde, l’Indonésie et la République populaire de Chine.

Toutes les données qui figurent dans le Panorama des statistiques de l’OCDE sont également disponibles en ligne sur OECD.Stat, la plateforme de diffusion de données de l’Organisation, ainsi que sur le nouveau portail de données de l’OCDE à compter de juin 2014. Grâce à ces différents formats, le Panorama des statistiques de l’OCDE offre un outil de référence facile à utiliser à tous ceux qui sont à la recherche de statistiques fiables et comparables sur le plan international.

Par rapport à l’édition précédente, plusieurs nouveaux indicateurs ont fait leur entrée dans le Panorama des statistiques de l’OCDE. Ainsi, une palette d’indicateurs relatifs aux échanges en valeur ajoutée et au changement climatique ont été ajoutés, afin d’aider à mieux comprendre les tendances relatives à la mondialisation et à l’environnement. Les chaînes de valeur mondiales et les systèmes de production fragmentés à l’échelle internationale occupent aujourd’hui une place prépondérante dans l’économie mondiale. Les nouvelles statistiques sur les échanges en valeur ajoutée permettent de mieux rendre compte de l’intégration des économies mondiales, par exemple en mesurant le contenu en importations des exportations dans différents secteurs ou l’importance croissante des services dans les échanges mondiaux. Dans le domaine de l’environnement, les nouveaux indicateurs relatifs aux émissions de gaz à effet de serre, de soufre et d’azote mettent en lumière les principaux moteurs du changement climatique et leurs effets potentiels sur notre santé et nos écosystèmes.

Une méthodologie fiable est indispensable pour garantir la qualité des données présentées dans le Panorama des statistiques de l’OCDE, ainsi que leur comparabilité à l’échelle internationale et leur pertinence.

La nouvelle édition du Panorama des statistiques de l’OCDE contient des données compilées conformément à plusieurs nouvelles méthodologies statistiques élaborées ces dix dernières années et approuvées au niveau international. Il s’agit notamment du nouveau Système de comptabilité nationale 2008 (SCN 2008), de la 6e édition du Manuel de la balance des paiements (MBP6) et de la version actualisée de la Classification internationale type, par industrie, de toutes les branches d’activité économique (CITI Rev.4), qui déterminent la mesure et la présentation du Produit intérieur brut et d’autres statistiques économiques connexes, des flux internationaux de biens et de services, et d’autres statistiques sectorielles.

Fort des changement apportés à l’édition de cette année, tant en termes de contenu que de diffusion, le Panorama des statistiques de l’OCDE continuera, j’en suis sûre, de fournir les données qui étayeront les efforts déployés par l’OCDE pour remplir sa mission visant à promouvoir des politiques meilleures pour une vie meilleure et pour répondre à l’évolution des besoins des citoyens, des chercheurs, des analystes et des décideurs en matière de statistiques.

Mer. 10 sept. 2014 - OCDE - Santé, austérité et crise économique

Partagez
Noter cette article :

L'Organisation de coopération et de développement économiques a publié un article sur le thème de la relation entre la santé, l'austérité et la crise économique.

La crise économique qui a débuté en 2008 a eu d’importantes répercussions pour des millions de personnes, qui ont perdu leur travail ou l’épargne de toute leur vie et se trouvent confrontées à des difficultés financières de longue durée. La crise a également conduit plusieurs pays de l’OCDE à adopter des mesures d’austérité pour réduire leur déficit public. Le secteur de la santé, comme beaucoup d’autres programmes de protection sociale, a ainsi été soumis à d’importantes restrictions budgétaires et a fait l’objet de réformes de grande ampleur. Suite à l’effet conjugué de la crise économique, des mesures d’austérité et des réformes, les systèmes de santé de nombre de pays de l’OCDE doivent aujourd’hui se réinventer.

Ce document passe en revue les retombées de la crise économique sur la santé et les soins de santé. Il fait la synthèse des résultats de diverses publications sur les effets des crises économiques des dernières décennies et décrit les récentes réformes des politiques de santé, en s’intéressant plus particulièrement aux pays les plus touchés. Enfin, il analyse, à partir des Statistiques de l’OCDE sur la santé, les relations empiriques qui existent entre le chômage et l’utilisation, la qualité et l’efficacité des soins de santé. Dans cette optique, il s’interroge sur la question de savoir si les mesures d’austérité ont contribué à atténuer les effets du chômage sur les résultats en matière de santé.

Il ressort de cette analyse que les ralentissements économiques ont des effets négatifs sur certains indicateurs de santé – mais pas sur tous. Pendant les périodes de crise, on observe une détérioration de la santé mentale et une augmentation de la fréquence des maladies contagieuses ; mais le nombre de décès liés à des accidents de la route diminue. La relation entre la situation économique et les résultats d’ensemble en matière de santé, tels que la mortalité et la qualité des soins, est de moins en moins évidente. Néanmoins, il apparaît que plus le taux de chômage est élevé, plus le recours aux soins diminue, ce qui peut avoir des conséquences à long terme encore non perceptibles dans les données disponibles aujourd’hui. Les mesures d’austérité ont, semble-t-il, conduit au déclin des admissions hospitalières mais pas à la diminution de la consommation de produits pharmaceutiques. La réduction des dépenses pharmaceutiques qui a suivi les mesures d’austérité récentes s’explique principalement par les efforts menés pour faire baisser les prix et pour encourager le recours à des médicaments génériques bioéquivalents, moins coûteux.

Les réformes mises en œuvre dans le secteur de la santé depuis le début de la crise économique peuvent favoriser à terme la productivité et l’efficience du système, mais elles peuvent aussi avoir des conséquences négatives. S’agissant des effets à court terme, ce document montre que, si les mesures d’austérité ont contribué dans une certaine mesure à protéger les patients contre une réduction de l’accès aux soins, il importe de suivre activement l’incidence à long terme plus large de la crise économique sur la santé. 

Consulter l'article

Lien de secours

Mar. 09 sept. 2014 - OCDE - Panorama des comptes nationaux 2014

Partagez
Noter cette article :

L'Organisation de coopération et de développement économiques a publié le panorama des comptes nationaux 2014.

Cette publication présente des données sous forme d'indicateurs et privilégie les comparaisons entre pays. L'objectif est de rendre les comptes nationaux plus accessibles et plus informatifs et dans un même temps de fournir les informations les plus pertinentes concernant les définitions et les problèmes de comparabilité inhérents à chaque indicateur.

L'éventail des indicateurs a volontairement été établi de façon assez large afin de refléter la richesse des Bases de données de l'OCDE sur les comptes nationaux. Cette large sélection a également pour objet d'inciter les utilisateurs à porter leur attention sur d'autres indicateurs que le célèbre PIB. Certains travaux récents ont joué un rôle déterminant dans le choix des indicateurs. Le rapport de la commission sur la mesure des performances économiques et du progrès social (Commission Stiglitz-Sen-Fitoussi) est un exemple particulièrement marquant.

Télécharger le document

Lien de secours

Zone :

Categorie :

Tous les champs sont obligatoires.

Operation in progress

Une erreur est survenur lors de l'envoi du message

Votre message a bien été envoyé

Tous les champs sont obligatoires.

Operation in progress

Une erreur est survenur lors de l'envoi du message

Votre message a bien été envoyé

Tous les champs sont obligatoires.

Operation in progress

Une erreur est survenur lors de l'envoi du message

Votre message a bien été envoyé

MemoFin Feedback vous permet de nous signaler les problèmes que vous rencontrez, de suggérer de nouvelles fonctionnalités ou de nous envoyer des commentaires d'ordre plus général.

 

Saisissez votre message ci-dessous :