L'information financière que vous ne trouvez nulle part ailleurs !

Actualité

Nous sélectionnons chaque jour les news que nous estimons importantes pour pouvoir suivre les points suivants :

• le fonctionnement général des marchés financiers, selon les produits et les régions du monde (et principalement en France, Europe et USA) ;

• la réglementation des activités financières, principalement en France, Europe et USA ;

• les tendances économiques et financières fondamentales qui permettent déjà de « voir » l’avenir économique et financier du monde.

Zone :

Categorie :

Jeu. 01 avr. 2010 - Pulse of the industry-medical technology report 2009

Partagez
Noter cette article :

Ernst & Young vient de publier un rapport approfondi sur le secteur médical.

PLAN :

2 - The certainty of innovation / Introduction

6 - A bullish outlook for US medical technology / US industry perspective

Stephen J. Ubl, AdvaMed

7 - Innovation is the key for Europe's medtech industry / European industry perspective

John Wilkinson, Eucomed

8 - Change brings new opportunities / CEO roundtable

Dan Lemaitre, CoreValve, Inc. (Medtronic), Rick Randall, Trans1, Inc., Ron Sparks, Navilyst Medical, Inc. , Dr. H.C. Willy Michel, Ypsomed Holding AG

12 - What a difference a year makes / Leading indicators

14 - US hospitals under pressure / US hospital perspective

Debra McReavy, Ernst & Young LLP

15 - Venture capitalists speak out / Venture capital perspective

16 - A diverse industry / Industry segmentation

18 - Surviving the squeeze / Financial results

26 - Here comes the sun: are medtech companies prepared for the Sunshine Act? / A closer look

27 - A new reality / Financing

34 - Alternative financing - government incentives / A closer look

39 - Israel leads venture funding in Europe / A closer look

40 - Deal-making in uncertain times / Transactions roundtable

Aileen Stockburger, Johnson & Johnson, Inc. Amy Wendell, Covidien plc Chad Cornell, Medtronic, Inc., Dean Mihas, GTCR Golder Rauner, LLC

John Salveson, Piper Jaffrey & Co.

45 - Seeking value / Transactions

54 - New accounting rules impact M&A / A closer look

55 - Defining medical technology / Scope of this report

56 - Acknowledgements

57 - Data exhibit index

59 - Global medical technology contacts

Télécharger le rapport

Clt : Rapports / Analyse sectorielle

Télécharger le document

Lien de secours

Jeu. 01 avr. 2010 - Rapports / Fondamentaux économiques : Europe’s attractiveness in a changing world

Partagez
Noter cette article :

Ernst & Young annonce la tenue de la 8° conférence mondiale sur l'investissement (WIC - World Investment Conference) du 2 au 4 juin à La Baule - France.

En 2010, le thème de la conférence est d'apporter des réponses durables à la crise en Europe, plus précisément "European attractiveness in a changing world.". Trois rapports sont en cours d'élaboration :

- European attractiveness report 2010: How will Europe emerge from the crisis?

- Europe's attractiveness model post-2010: What is Europe's value added?

- Proposals for the future: Which actions will improve European attractiveness

Site dédié : www.labaulewic.org

Jeu. 01 avr. 2010 - BOURSES ETRANGERES : Fin du monople australien - Chi-X autorisé à ouvrir sa plateforme de négociation électronique

Partagez
Noter cette article :

Chi-X a reçu l'autorisation d'ouvrir sa plateforme australienne et prépare son entrée en service au 4° trimestre 2010. L'ASX (Australian Stock Exchange) perd ainsi son monopole. Cette opération vient après une longue attente résultant de la nécessité de mettre en place un régulateur indépendant, l'ASIC (Australian Securities and Investments Commission) qui est entré en fonction le 24 mars.

Chi-X global est contrôlée à 100% par Nomura

Jeu. 01 avr. 2010 - ANALYSE FINANCIERE : Moody's abaisse la note de cinq principales banques grecques

Partagez
Noter cette article :

Victimes "collatérales" de la crise des finances publiques du pays, les cinq principales banques voient leur note abaissée :

- La Banque Nationale de Grèce passe de A1 à A2.

- Alphabank, Eurobank Ergasias et Emporiki Bank passent de A2 à A3.

- La Banque du Pirée passe de A2 à Baa1.

Mer. 31 mars 2010 - Rapports / ANALYSE FINANCIERE : S&P publie 2009 Annual Global Corporate Default Study And Rating Transitions

Partagez
Noter cette article :

S&P vient de publier un long rapport sur l'année 2009 qui s'efforce d'évaluer la qualité des notations de S&P en mesurant le nombre de défaut des sociétés bien en fonction de leur notation.

1° conclusion : la sévérité de la crise visible à travers le 1° tableau fourni :

Global Corporate Default Summary

Year

Total defaults*

Total debt defaulting (Bil. $)

1981

2

0.06

1982

18

0.90

1983

12

0.37

1984

14

0.36

1985

19

0.31

1986

34

0.46

1987

19

1.60

1988

32

3.30

1989

43

7.28

1990

70

21.15

1991

93

23.65

1992

39

5.40

1993

26

2.38

1994

21

2.30

1995

35

8.97

1996

20

2.65

1997

23

4.93

1998

57

11.27

1999

108

39.38

2000

136

43.28

2001

229

118.79

2002

225

190.92

2003

120

62.89

2004

56

20.66

2005

39

42.00

2006

29

7.13

2007

24

8.15

2008

126

429.63

2009

264

627.70

Si le nombre total de "défauts" n'est pas anormalement différent e celui de la crise de 2001-2002, le montant est plus de 3 fois supérieur.

2° conclusion : La notation de S&P est plutôt "bonne" puisque le taux de défaut des AAA est assez faible.

NdlR : oui, mais après un plan de soutien massif des États !

L'ensemble est un bon plaidoyer pour la qualité des agences de notations.

PLAN :

Default, Transition, and Recovery : 2009 Annual Global Corporate Default Study And Rating Transitions

1 - 2009 Summary

2 - Annual Global Trends

3 - 2009 Timeline

4 - Quarterly Trends

5 - Lower Ratings Consistent With Higher Default Vulnerability

6 - Industry Variations

7 - Hefty Growth In Speculative-Grade Ratings

8 - Transition Tables And Cumulative Default Rates

9 - Gini Ratios And Lorenz Curves

10 - Relationship With Recovery Rates

Appendix I: Default Methodology And Definitions

Appendix II: Additional Tables

Appendix III: Gini Methodology

Publication date : 17-Mar-2010

Consulter le document (site S&P)

Lien de secours

Jeu. 25 mars 2010 - VIE DE LA BOURSE : Opération d'envergure contre le délit d'initié

Partagez
Noter cette article :

La Financial Services Authority (FSA), en liaison avec l'Agence contre le crime organisé (Serious Organised Crime Agency) ont lancé une vaste opération contre le délit d'initié le mardi 23 mars : 16 adresses ont été perquisitionnées simultanément et 6 personnes arrêtées (+1 le mercredi). Toutes les personnes arrêtées appartiennent à de grandes institutions.

Cette opération marque l'évolution (annoncée) de la FSA dans sa lutte contre le délit d'initiée avec une volonté d'engager des poursuites pénales.

Mots-clés : Délit d'initié

Mer. 24 mars 2010 - VIE DE LA BOURSE : L'AMF lance une procédure d'injonction contre Belvédère

Partagez
Noter cette article :

L'Autorité des marchés financiers a constaté le non respect, depuis plusieurs mois, d'obligations de

publicité et de déclaration liées à des opérations réalisées par les dirigeants, leurs proches ou des

personnes assimilées ou relatives à des interventions du groupe Belvédère sur ses propres titres. Or, les

régularisations demandées par l'AMF n'ont pas été effectuées ou ne l'ont été que de manière partielle.

Ces manquements étant de nature à porter atteinte à la protection des investisseurs ou au bon

fonctionnement du marché, le Collège de l'AMF a décidé d'ordonner1 à la société Belvédère et à son

président de procéder aux déclarations requises par les textes législatifs ou réglementaires et rend

publique sa décision.

(communiqué de presse de l'AMF)

Lun. 22 mars 2010 - Rapports & Conférences / FONDAMENTAUX ECONOMIQUES : Le micro-crédit & la PME contre la crise

Partagez
Noter cette article :

Le Gouvernement français joue une carte originale -et pas forcément négligeable- contre la crise et ses conséquences sur l'activité économique de base : le micro-crédit pour relancer les micro-activité et éviter le tarissement à la base de l'activité économique.

C'est évidemment un complément de l'activité de crédit aux particuliers et aux PME. 4 mesures sont proposées :

1 - Faciliter le financement des associations de micro-crédit : dans le cadre du projet de loi crédit à la consommation qui sera examiné par l'Assemblée nationale fin mars, Christine Lagarde proposera une mesure pour autoriser les particuliers qui le souhaitent à financer l'activité des associations de microcrédit notamment via des plates-formes internet dont l'objet est actuellement limité au financement de projets d'aide au développement à l'étranger;

2 - Renforcer l'efficacité des dispositifs publics d'appui au micro-crédit : Christine Lagarde lancera une mission de proposition pour améliorer la gouvernance et les modalités de gestion des fonds de garantie dans le but de faciliter et de simplifier le recours à ces dispositifs ;

3 - Informer le public sur l'effort des banques en matière de micro-crédit : Christine Lagarde se félicite de l'initiative des banques annoncée le 25 janvier 2010 en faveur du développement du micro-crédit personnel accompagné. Dans le cadre du projet de loi crédit à la consommation, elle proposera d'introduire une obligation nouvelle d'information annuelle et publique relative à l'activité des banques en matière de micro-crédit ;

4 - Christine Lagarde appelle le Conseil National de l'Information Statistique (CNIS) à proposer rapidement un cadre statistique normalisé pour les activités de micro-crédit en France. Ce cadre pourra notamment s'appuyer sur les éléments de définition du micro-crédit figurant dans le rapport.

Certaines études attribuent déjà des dizaines de milliers d'activités sauvées ou crées par ce micro-crédit.

Un « Small Business Act » du droit boursier européen

Mettre en place un environnement financier et réglementaire adapté aux petits et moyens émetteurs cotés en Europe (« SMILEs »)

Mars 2010

Rapport établi par Fabrice DEMARIGNY, directeur des activités marchés de capitaux du groupe Mazars

Table des matières

REMERCIEMENTS, p 2

TABLE DES MATIÈRES, p 3

RESUME, p 5

PRINCIPALES RECOMMANDATIONS, p 8

Introduction : LE MARCHÉ UNIQUE EST-IL À MÊME DE FINANCER L'ÉCONOMIE EUROPÉENNE DE DEMAIN ? p 12

a) Un fait : le marché unique n'offre pas aux petites et moyennes sociétés la possibilité de se financer sur les marchés de capitaux, p 12

b) 2010 offre une occasion unique de mettre en place un environnement réglementaire et financier proportionné et favorable aux petits et moyens émetteurs cotés en Europe (SMILEs), p 16

Section 1 : DÉFINITION DES PETITS ET MOYENS ÉMETTEURS COTÉS EN EUROPE (SMILES), p 18

1.1 Les définitions et les seuils actuellement en vigueur dans l'UE ne sont pas adaptés aux besoins de cotation et au marché, p 18

1.2 Créer une définition juridique spécifique des « petits et moyens émetteurs cotés en Europe » (SMILEs) à des fins de cotation, p 18

1.3 « Les SMILEs d'abord » : appliquer le principe « Penser aux PME d'abord » à la législation et à la surveillance des SMILEs, p 22

Section 2 : COMMENT DÉFINIR DES EXIGENCES EN MATIÈRE DE COTATION ADAPTÉES AUX SMILES TOUT EN PRÉSERVANT LA CONFIANCE DES INVESTISSEURS ?, p 24

2.1 Les SMILES sont confrontés à des coûts de cotation dissuasifs, p 24

2.2 Des exigences initiales adaptées aux SMILEs, p 25

2.2.1 En matière d'offres, des placements privés plus fluides pour les micro-entreprises et les petites sociétés, p 25

2.2.2 En matière de cotation, un prospectus adapté aux SMILEs, p 25

2.3 Des obligations permanentes adaptées aux SMILEs, p 28

2.3.1 Un format complètement harmonisé pour les rapports annuels, p 28

2.3.2 Un délai plus flexible pour la publication des rapports semestriels, p 29

2.3.3 Une obligation progressive de publication des déclarations trimestrielles intermédiaires des dirigeants (publications trimestrielles), p 30

2.3.4 Un régime proportionné concernant les normes IFRS de publication des états financiers, p 30

2.3.5 Gouvernance d'entreprise, p 32

2.3.6 Contrôle interne, p 33

2.4 Une mise en œuvre pragmatique des obligations relatives à l'intégrité des marchés pour les SMILEs, p 33

2.4.1 Liste d'initiés, p 33

2.4.2 Transactions des dirigeants sur leur propres titres, p 34

2.4.3 Apporteurs de liquidité, p 35

Section 3 : COMMENT ACCROÎTRE L'INTÉRÊT DES INVESTISSEURS POUR LES SMILES ? p 36

3.1 Créer des véhicules d'investissement européens spécialisés dans les SMILEs, p 36

3.1.1 Créer un passeport européen pour les fonds de capital-investissement domiciliés dans l'UE, p 36

3.1.2 Une catégorie d'organismes de placement collectif (OPCVM) spécifiquement dédiés aux investissements dans les SMILEs, p 36

3.2 Éliminer les obstacles qui compromettent la fluidité des placements en actions dans les SMILEs, p 37

Section 4 : PENSER AUX PETITS EMETTEURS, AGIR EN GRAND - METTRE EN PLACE UNE PLATE-FORME EUROPÉENNE DE NÉGOCIATION COMMUNE POUR LES SMILES, p 40

Annexe 1 : liste des entretiens et des contributions, p 44

Annexe 2 : contenu possible du document d'enregistrement relatif aux actions adaptées aux SMILEs, p 47

Télécharger le document

Télécharger le document

Lien de secours

Mar. 16 mars 2010 - VIE DE LA BOURSE : le Darkpool de NyseEuronext devient légèrement transparent

Partagez
Noter cette article :

Nyse Euronext met en place "matchview" pour permettre de suivre ce qui se passe sur son "darkpool". En pratique "Matchview" sera déployé sur le "smartpool" d'Euronext (qui est son darkpool !). Il est prévu d'interconnecter ce dispositif avec les Bourses alternatives dans le futur.

Le communiqué de presse

Lien de secours

Mots-clés : Dark Pool, Euronext

Lun. 15 mars 2010 - FISCALITÉ : Bouclier fiscal – prise en compte des contrats d’assurance-vie

Partagez
Noter cette article :

Un arrêt récent du Conseil d'Etat vient modifier le calcul du revenu pour le bouclier fiscal.

L'instruction fiscale du 26 août 2008 précisait que les revenus des contrats à 80% en Euros, étaient intégrables dans le revenu pris en compte pour le calcul du bouclier fiscal. Un arrêt du Conseil d'Etat du 13 janvier 2010 invalide cette instruction en raison de la possibilité de placement de ces revenus dans des investissement aléatoires. Pour l'avenir, c'est clair. Il reste à savoir ce qui sera fait pour les contribuables qui ont payé dans le passé ?

L\'instruction fiscale du 26 août 2008

Arrêt du Conseil d\'Etat

Mots-clés : Assurance-Vie

Zone :

Categorie :

Tous les champs sont obligatoires.

Operation in progress

Une erreur est survenur lors de l'envoi du message

Votre message a bien été envoyé

Tous les champs sont obligatoires.

Operation in progress

Une erreur est survenur lors de l'envoi du message

Votre message a bien été envoyé

Tous les champs sont obligatoires.

Operation in progress

Une erreur est survenur lors de l'envoi du message

Votre message a bien été envoyé

MemoFin Feedback vous permet de nous signaler les problèmes que vous rencontrez, de suggérer de nouvelles fonctionnalités ou de nous envoyer des commentaires d'ordre plus général.

 

Saisissez votre message ci-dessous :