L'information financière que vous ne trouvez nulle part ailleurs !

Actualité

Nous sélectionnons chaque jour les news que nous estimons importantes pour pouvoir suivre les points suivants :

• le fonctionnement général des marchés financiers, selon les produits et les régions du monde (et principalement en France, Europe et USA) ;

• la réglementation des activités financières, principalement en France, Europe et USA ;

• les tendances économiques et financières fondamentales qui permettent déjà de « voir » l’avenir économique et financier du monde.

Zone :

Categorie :

Sam. 10 avr. 2010 - Automobile : concentration ET / OU changement de modèle économique

Partagez
Noter cette article :

Le rapprochement de Renault-Nissan avec Daimler illustre bien le processus de renouvellement face à l'innovation : dans l'automobile, il existe aujourd'hui deux évolutions techniques majeures qui vont transformer le paysage dans les 10 ans : le phénomène du low cost et la propulsion électrique. Comme dans toute industrie en transformation, il existe un réflexe fondamental de concentration pour répondre à l'approche de la crise. C'est le cas de l'aérien face au low cost, de la pharmacie face à la biotechnologie etc. Mais cela ne résout pas le problème de fond qui est le développement des nouveaux produits.

Pour Renault, l'alliance est opportune car :

- elle vient en complément d'une avance prise dans le low cost

- elle permet de rentabiliser immédiatement son activité principale de petits véhicules et donc de préparer le financement des véhicules électriques

- elle permet de préparer le lancement de véhicules électriques avec un effet d'échelle favorable immédiat.

... sous condition que les arbitrages et choix technico-économiques sur les voitures électriques soient aussi opportuns que dans le low cost.

Cette combinaison d'avantages immédiats et d'ouvertures stratégiques font que ce rapprochement peut être bénéficiaire à long terme pour Renault.

Clt : Tendances / Analyse sectorielle

Sam. 10 avr. 2010 - Micro-finance : mode ou tendance lourde ?

Partagez
Noter cette article :

La récente visite de Timothy Geithner en Inde pour y rencontrer les promoteurs du projet EKO, a mis en valeur la micro-finance. Le phénomène de mode, l'aspect "people" de ce genre de rencontre peuvent irriter. Cela peut aussi être la marque d'un basculement. Or plusieurs éléments tendent à le montrer :

- le succès réel et pratique des modèles de micro-finance depuis 20 ans, sinon 30 montre qu'il existe une voie nouvelle de création de relations clients. Cette relation n'est d'ailleurs pas si nouvelle que cela et fait suite au courant des banques mutualistes dans le monde occidental. Ce premier point, du point de vue économique, renouvelle une méthode de baisse des coûts d'accès aux clients (par les "correspondants") proche de la mutualité.

- le point qui pourrait être le plus important est le développement par la microfinance de systèmes de paiement par téléphone permettant de payer, d'emprunter et de transférer des fonds. L'expérience acquise par les service de micro-finance pourrait leur donner une avance significative, voire déterminante, dans ce domaine appelé à un grand avenir.

Le projet EKO

Interview de l'innovateur qui a créé EKO

Ven. 09 avr. 2010 - Dragons & tigres de papier OU dangers pour l'occident ?

Partagez
Noter cette article :

La Chine & l'Inde vont-elles devenir des puissances innovantes ?

Les économies de l'Inde et de la Chine qui n'avaient pratiquement pas "d'existence" internationale dans les années 70, sont devenues au début du XXI° siècle des acteurs majeurs de l'économie mondiale. Le fort développement de leurs niveau éducatif et de leur effort de R&D, associé à leur stratégie officielle d'innovation fait craindre aux USA l'arrivée d'un compétiteur majeur dans les années à venir. Pourtant, à ce jour, pratiquement aucune innovation "significative" n'est issue de ces pays. Mais la crainte est là et le National Academies' Science, Technology, and Economic Policy (STEP) Board a décidé d'organiser un colloque sur le sujet et de publier les conclusions de ce colloque. En pratique, ces conclusions mi-alarmistes mi-rassurantes ont permis de provoquer une réaction aux USA en vue de renforcer la politique d'innovation. elle opération de lobbying !

Télécharger le rapport "The Dragon and the Elephant: Understanding the Development of Innovation Capacity in China and India: Summary of a Conference"

PLAN

SUMMARY, p 1

1 - INDIA AND CHINA IN THE GLOBAL ECONOMY, p 5

2 - WHAT IS THE UNITED STATES' INTEREST? , p 11

3 - HUMAN CAPITAL DEVELOPMENT, p 13

4 - CAPITAL MARKETS AND INVESTMENT, p 17

5 - RESEARCH AND COMMERCIALIZATION INFRASTRUCTURE, p 21

6 - THE LEGAL ENVIRONMENT: COMPETITION POLICY, STANDARDS, AND INTELLECTUAL PROPERTY, p 27

7 - MULTINATIONALS' EXPERIENCE, p 31

8 - SIMULTANEOUS SESSIONS: , p 33

- Information Technology, p 33

- Transport Equipment (Automobiles and Aircraft) , p 36

- Pharmaceuticals and Biotechnology, p 38

- Energy, p 40

9 - CONCLUDING OBSERVATIONS, p 43

APPENDIXES

A. ConferenceAgenda, p 45

B. Conference Poster Session Presenters, p 49

C. Speakers'BiographicalSketches, p 51

Clt : Rapports - Tendances - Innovation

Jeu. 08 avr. 2010 - L'OCDE est optimiste, mais la France est pessimiste

Partagez
Noter cette article :

Les problèmes qui sont à l'origine de la crise n'ont pas encore été résolus, mais la reprise est là, alimentée par le formidable déficit budgétaire des pays développés et la demande ferme des pays en développement. La croissance est de retour en Occident en 2010 ! Tel est le message du rapport de l'OCDE sur les perspectives de l'économie mondiale. Dans le même temps, le Journal La Tribune du 8 avril fait état de sondages qui démontrent un désarroi croissant des Français qui ont perdu confiance dans leur capacité à surmonter la crise.

Télécharger le rapport de l'OCDE

Clt : FONDAMENTAUX ECONOMIQUES - RAPPORTS

Télécharger le document

Lien de secours

Mer. 07 avr. 2010 - Eclairages contradictoires sur le secteur ÉOLIEN en France

Partagez
Noter cette article :

Le rapport Ollier (Assemblée nationale) est plus pessimiste que le rapport Cap Gemini réalisé pour le Syndicat des Énergies Renouvelables (SER) et l'Ademe. L'un souligne les faiblesses et les abus du système actuel. L'autre les potentialités existantes et la nécessité de structurer.

Consulter le Rapport de l'Assemblée nationale.

Consulter le rapport du Syndicat des Énergies Renouvelables (Cap Gemini)

PLAN du Rapport "Ollier" de l'Assemblée nationale :

INTRODUCTION, p 7

I.- UN DÉVELOPPEMENT RAPIDE ET RÉCENT, p 11

A.- EN FRANCE, p 11

1. Un secteur en développement, p 11

a) La puissance installée en 2009, p 11

b) Un développement récent, p 14

c) Une industrie encore peu développée, p 14

2. Des objectifs ambitieux, p 18

3. Des outils nombreux, p 19

B.- DANS LE MONDE, p 21

1. Une croissance importante en Europe, p 22

2. …et dans le monde, p 23

a) Une croissance mondiale soutenue, p 23

b) Des moyens d'incitation variés, p 29

II.- UN DÉVELOPPEMENT DÉSORDONNÉ, p 31

A.- L'ÉLECTRICITÉ D'ORIGINE ÉOLIENNE, À QUEL PRIX ?, p 31

1. Un secteur bénéficiant légalement d'un surprix, p 31

2. Le contexte législatif et réglementaire des avis de la commission de régulation de l'énergie (CRE), p 34

a) Une mission dévolue par la loi, p 34

b) La mise à jour d'importants surcoûts, p 35

c) Des perspectives incertaines, p 36

3. Un débat sur l'étendue voire l'opportunité de ce supplément à payer aux producteurs, p 37

4. Une rentabilité garantie du fait de l'effort exigé des consommateurs, p 39

a) Un phénomène d'effet d'aubaine, p 39

b) La difficulté de déterminer un juste prix pour les activités éoliennes off shore, p 41

B.- UNE ACCEPTATION CONDITIONNÉE AU RESPECT DES PAYSAGES, DES SITES ET DES ACTIVITÉS PRÉEXISTANTES, p 43

1. Un enjeu d'intérêt national, p 43

2. Un débat à ne pas méconnaître : le paysage reste indissociable de notre identité, p 44

3. Le « mitage » du territoire, résultat du détournement de la procédure des zones de développement de l'éolien, p 48

4. Une nécessaire planification : les schémas régionaux éoliens, p 52

C- DES PROBLÈMES TECHNIQUES À RÉSOUDRE, p 53

1. Le raccordement au réseau, p 53

a) Le renforcement des réseaux, p 54

b) Les délais de raccordement, p 55

2. L'équilibrage du système électrique, p 56

a) L'intermittence de la production éolienne, p 56

b) Le dispositif de prévision de l'énergie éolienne, p 59

D.- UN CHOIX DIFFÉRENT AU DANEMARK, p 60

1. Le choix des énergies renouvelables, p 60

2. Les échanges avec les pays voisins, p 63

3. Les objectifs à moyen et long terme, p 63

III.- UN DÉVELOPPEMENT À MAÎTRISER, p 64

A.- UNE NÉCESSAIRE RÉAFFIRMATION DES POUVOIRS PUBLICS SUR UN

SUJET ESSENTIEL, p 64

1. La recherche d'une cohérence de l'intervention publique, p 64

2. Une cohérence d'ailleurs exigée du fait de nos engagements européens, p 66

3. Le régime de contrôle des activités éoliennes, p 67

a) Le régime des installations classées pour la protection de l'environnement (ICPE), p 67

b) La mise en œuvre de modes de contrôle industriel, p 69

4. Une fiscalité mieux ciblée, p 71

a) Quelques mesures propres aux éoliennes, p 71

b) La taxe foncière sur les propriétés bâties, p 71

c) La taxe professionnelle, p 72

d) La contribution économique territoriale, p 74

5. La revente de projets à encadrer, p 76

B.- GAGNER L'ACCEPTATION, p 78

1. Obtenir la participation de la population, p 78

a) Les études d'impact ne suffisent pas à prendre en considération les besoins du public, p 78

b) Quelques pistes pour une meilleure concertation, p 79

2. Deux problèmes indissociables : le bruit et la distance des lieux de vie, p 83

3. La délicate question du démantèlement, p 87

4. Une insertion paysagère à réaliser, p 91

IV.- QUEL AVENIR POUR L'ÉOLIEN EN MER ?, p 94

A.- UN CONTEXTE ÉCONOMIQUE, TECHNOLOGIQUE ET PAYSAGER TOUT À FAIT SPÉCIFIQUE, p 94

B.- LES PROJETS TRÈS AMBITIEUX DE CERTAINS PAYS, p 96

C.- UN ENJEU INSCRIT AU CŒUR DES POLITIQUES DE VALORISATION DES RESSOURCES MARINES, p 101

D.- UN EFFORT FRANÇAIS À DÉFINIR ET À PLANIFIER, p 103

E.- UN RÉGIME JURIDIQUE SPÉCIFIQUE D'AUTORISATION ET D'EXPLOITATION, p 107

F.- QUELQUES PROJETS FRANÇAIS… EN ATTENTE, p 109

PROPOSITIONS ET RECOMMANDATIONS DE LA MISSION D'INFORMATION, p 115

EXAMEN DU RAPPORT PAR LES COMMISSIONS DES AFFAIRES ÉCONOMIQUES ET DU DÉVELOPPEMENT DURABLE MARDI 30 MARS 2010, p 117

CONTRIBUTIONS DES GROUPES SRC ET GDR, p 127

ANNEXE 1 : QUELQUES DONNÉES TECHNIQUES, p 135

ANNEXE 2 : LE GISEMENT ÉOLIEN FRANÇAIS, p 136

ANNEXE 3 : LE PROJET BETTER PLACE AU DANEMARK, p 137

LISTE DES PERSONNES AUDITIONNÉES, p 139

PERSONNALITÉS RENCONTRÉES AU DANEMARK, p 141

PLAN du Rapport SER - Cap Gemini :

Synthèse, p 4

La France doit prendre la place qui lui revient dans l'éolien, p 6

Un marché mondial et européen très dynamique, p 6

Un leadership européen que l'industrie française peut renforcer, p 7

Les atouts de l'industrie française pour la sous-traitance des grands composants éoliens, p 8

Un marché domestique à conquérir dans la perspective des marchés internationaux, p 9

Une véritable opportunité : l'enjeu français,multiplier par six les emplois dans la filière d'ici 2020, p 10

Le projet Windustry France : une approche innovante et proactive, p 12

Les objectifs poursuivis, p 12

Une gouvernance innovante, associant pouvoirs publics et industriels, p 12

La méthodologie et la démarche, p 13

Les composants d'une éolienne et leur fabrication, p 14

La recherche d'entreprises désireuses de se diversifier, p 16

Les résultats de l'enquête adressée aux 400 entreprises, p 17

Un fort intérêt de la part des industriels français, p 17

Typologie des entreprises positionnées, p 18

Une première répartition géographie des réponses, p 19

Des "clusters" ont déjà pris de l'avance, p 20

Un tissu industriel français à même de produire l'ensemble des composants, p 21

Le séminaire ASE du 18 Février 2010, p 23

Les objectifs de la journée, p 23

Les participants, p 23

Les grandes étapes de la journée, p 24

La plateforme collaborative de partage et d'échange, p 26

Enseignements et propositions d'actions à suivre, p 27

Comment mieux faire connaître le marché aux industriels français et accroître leur confiance en son développement ? , p 27

Comment nouer des partenariats avec les constructeurs ? , p 28

Comment financer les prototypes et la prise de risques ? , p 29

Comment passer d'une dynamique à une véritable filière industrielle (du type aéronautique) ? , p 30

Quelle place accorder à l'éolien offshore ? , p 31

Clt : RAPPORTS - ANALYSE SECTORIELLE

Télécharger le document

Lien de secours

Mar. 06 avr. 2010 - L'INSEE publie les Tableaux de l'Economie Française - édition 2010

Partagez
Noter cette article :

L'INSEE vient de publier la version 2010 des TEF (Tableau de l'Économie Française).

Téléchargement

PLAN :

Tableaux de l'économie française 2010

I - TERRITOIRE & POPULATION:

1. Territoire

1.1- Pays du monde, p 10

1.2 Union européenne, p 12

1.3 Régions - Départements, p 14

1.4 Villes de France, p 16

2. Développement durable

2.1 Environnement, p 18

2.2 Utilisation des ressources, p 20

2.3 Changement climatique et effet de serre, p 22

3. Population

3.1 Accroissement de la population, p 24

3.2 Vie en couple, p 26

3.3 Ménages - Familles, p 28

3.4 Natalité - Fécondité, p 30

3.5 Espérance de vie - Mortalité, p 32

3.6 Population par âge, p 34

3.7 Catégories sociales, p 36

3.8 Parité hommes-femmes, p 38

3.9 Étrangers - Immigrés, p 40

II - EMPLOI & REVENUS

4. Travail - Emploi

4.1 Population active, p 44

4.2 Chômage, p 46

4.3 Politiques d'emploi, p 48

4.4 Durée et conditions de travail, p 50

4.5 Emploi de la fonction publique, p 52

4.6 Emploi par âge 54 4.7 Emploi par activité, p 56

5. Revenus - Salaires

5.1 Salaires dans les entreprises, p 58

5.2 Salaires dans la fonction publique, p 60

5.3 Salaire minimum - Coût du travail, p 62

5.4 Revenus des ménages, p 64

5.5 Niveaux de vie, p 66

5.6 Retraite, p 68

5.7 Protection et aide sociale, p 70

III - CONDITIONS DE VIE & SOCIÉTÉ

6. Consommation

6.1 Consommation des ménages, p 74

6.2 Équipement des ménages, p 76

6.3 Multimédias, p 78

6.4 Vacances - Loisirs - Sports, p 80

6.5 Culture, p 82

7. Logement

7.1 Habitat, p 84

7.2 Propriétaires - Locataires, p 86

8. Justice

8.1 Criminalité - Délinquance, p 88

8.2 Justice, p 90

9. Santé

9.1 Maladies - Accidents, p 92

9.2 Personnels et équipements de santé, p 94

9.3 Dépenses de santé, p 96

9.4 Tabac - Alcool - Toxicomanie, p 98

10. Enseignement - Éducation

10.1 Enseignements des 1er et 2nd degrés, p 100

10.2 Enseignement supérieur, p 102

10.3 Établissements - Enseignants, p 104

10.4 Niveaux de formation, p 106

IV - ÉCONOMIE & FINANCE

11. Économie générale

11.1 Principaux indicateurs économiques, p 110

11.2 Croissance - Productivité, p 112

11.3 Production des branches, p 114

11.4 Prix à la consommation, p 116

12. Monnaie - Marchés financiers

12.1 Monnaie - Crédit, p 118

12.2 Épargne - Patrimoine, p 120

12.3 Bourse - Marchés financiers, p 122

13. Finances publiques

13.1 Budget de l'État, p 124

13.2 Prélèvements obligatoires, p 126

13.3 Dépense publique, p 128

13.4 Finances publiques locales, p 130

13.5 Union monétaire européenne, p 132

14. Échanges extérieurs

14.1 Commerce extérieur, p 134

14.2 Balance commerciale, p 136

14.3 Clients et fournisseurs, p 138

14.4 Investissements internationaux, p 140

V - SYSTÈME PRODUCTIF

15. Entreprises

15.1 Démographie d'entreprises, p 144

15.2 Caractéristiques des entreprises, p 146

15.3 Groupes d'entreprises, p 148

15.4 Entreprises publiques, p 150

15.5 Artisanat, p 152

16. Recherche - Innovation

16.1 Recherche & Développement, p 154

16.2 Innovation, p 156

17. Agriculture - Pêche

17.1 Revenus et productions agricoles, p 158

17.2 Exploitations agricoles, p 160

17.3 Pêche - Aquaculture, p 162

18. Industrie - Construction

18.1 Industrie agroalimentaire, p 164

18.2 Production industrielle, p 166

18.3 Industrie automobile, p 168

18.4 Construction, p 170

19. Énergie

19.1 Bilan énergétique, p 172

19.2 Pétrole - Charbon, p 174

19.3 Électricité - Gaz , p 176

20. Commerce - Services

20.1 Commerce 178

20.2 Services marchands, p 180

20.3 Banques - Assurances, p 182

20.4 Communication, p 184

20.5 Audiovisuel, p 186

20.6 Tourisme, p 188

20.7 Transports de voyageurs, p 190

20.8 Transports de marchandises, p 192

ANNEXES:

Définitions, p 197

Adresses utiles 233 Index alphabétique, p 239

Clt : Rapports - FONDAMENTAUX ECONOMIQUES

Télécharger le document

Mar. 06 avr. 2010 - L'AFIC fait le point sur la capital-risque en 2009

Partagez
Noter cette article :

L'AFIC a présenté le 30 mars, les chiffres de l'activité du capital investissement en France.

Trois points remarquables :

- la forte baisse des fonds levés (-71,2%)

- la baisse moindre des investissements (-59%)

- la baisse moindre des désinvestissements (-12,1%)

Le site de l'AFIC (Association Française des Investisseurs en Capital)

Le communiqué de presse

Le rapport complet

Clt : Rapports / EPARGNE LT

Télécharger le document

Lien de secours

Mar. 06 avr. 2010 - Bâle II vu par Fitch

Partagez
Noter cette article :

Fitch a publié en mars 2010, un dossier d'analyse des mécanismes de Bâle II. A lire.

Plan :

Basel II Capital Ratios - A Field Guide for Assessing Risk­Based Capital

Introduction

Analysing Basel II Ratios: A Drill­Down

1 - Differences in Credit Risk Parameter Estimates (PD, LGD, EAD) Across Banks

- Probability of Default

- Loss Given Default

- Exposure at Default

- Differences in Risk Profile vs. Differences in Methodology

2 - Differences in Risk Modelling Practices Across Banks

3 - Differences in Choice of Basel II Capital Calculation Approaches

4 - Differences in Asset Classification and Segmentation

5 - Differences in Regulatory Implementation Across Countries

6 - Differences in the Quality of Regulatory Capital (ie, The Numerator)

7 - Regulatory Capital Arbitrage

Analysing Basel II Ratios: The Missing Risks

Concentration Risk

Liquidity Risk

"Tail" Risk

Appendix ─ Basel II Approaches: Decision Trees

Télécharger le document

Clt : Rapports / ANALYSE FINANCIERE

Lien de secours

Jeu. 01 avr. 2010 - Bulletin mensuel de la BCE - Mars 2010

Partagez
Noter cette article :

Publication du bulletin mensuel de la BCE;

au Sommaire :

ÉDITORIAL, p 5

ÉVOLUTIONS ÉCONOMIQUES ET MONÉTAIRES

Environnement extérieur de la zone euro, p 9

Évolutions monétaires et financières, p 18

Prix et coûts, p 54

Production, demande et marché du travail, p 65

Évolutions budgétaires, p 83

Évolutions des taux de change et de la balance des paiements, p 91

Encadrés :

1 - Les investissements de capacité dans le secteur pétrolier dans le contexte de la récession, p 15

2 - Incidence des structures de défaisance sur les statistiques de bilan des IFM, p 23

3 - Conditions de la liquidité et opérations de politique monétaire du 11 novembre 2009 au 9 février 2010, p 32

4 - Résultats de l'enquête sur l'accès des PME au financement dans la zone euro au second semestre 2009, p 43

5 - Évolutions récentes des anticipations d'inflation des consommateurs et des prévisionnistes professionnels dans la zone euro, p 57

6 - Incidence de l'acquis de croissance sur la croissance annuelle moyenne du PIB en volume, p 66

7 - Élaboration, utilité et évolutions récentes de l'indicateur de confiance des consommateurs dans la zone euro, p 69

8 - Projections macroéconomiques pour la zone euro établies par les services de la BCE, p 79

9 - Les défis de la soutenabilité budgétaire dans la zone euro, p 88

10 Opérations de carry trade et taux de change, p 93

STATISTIQUES DE LA ZONE EURO, S1

ANNEXES

Chronologie des mesures de politique monétaire adoptées par l'Eurosystème, I

Documents publiés par la Banque centrale européenne depuis 2009, V

Glossaire, XI

Télécharger ce document

Clt : Rapports / Fondamentaux économiques

Télécharger le document

Lien de secours

Jeu. 01 avr. 2010 - Bulletin de la Banque de France - 1°trimestre 2010

Partagez
Noter cette article :

Le Bulletin de la Banque de France du 1° trimestre 2010 est paru :

Sommaire :

Les politiques salariales des entreprises durant la crise : résultats d'enquêtes, p 1

Guillaume HORNY, Jérémi MONTORNÈS, Jacques-Bernard SAUNER-LEROY et Sylvie TARRIEU

Deux enquêtes spécifiques conduites en 2007 et 2009 suggèrent que les salaires de base sont relativement rigides en France et qu'en réaction à la chute de l'activité, les entreprises ont ajusté les effectifs et les éléments variables des salaires.

Chute historique de la durée d'utilisation des équipements dans l'industrie manufacturière en 2009, mais rebond prévu en 2010, p 11

Béatrice ROUVREAU et Olivier VIGNA

La durée d'utilisation des équipements dans l'industrie manufacturière a enregistré en 2009 une baisse historique, selon l'enquête de la Banque de France. Une hausse de 0,8 % est prévue pour 2010.

Les marchés immobiliers après la crise : quelles leçons pour la macroéconomie ? p 25

Olivier de BANDT, Laurent FERRARA et Olivier VIGNA

Comme l'a montré la crise actuelle, les marchés immobiliers sont à l'origine de chocs macroéconomiques importants, ce qui justifie un suivi régulier du double point de vue de la politique monétaire et de la stabilité financière.

Besoins de financement et viabilité de la dette extérieure dans les pays d'Afrique subsaharienne, p 31

Sophie CHAUVIN et Valérie GOLITIN

En dépit des allègements de dette dans le cadre de l'initiative PPTE, les pays africains restent vulnérables au risque de surendettement. Le « cadre de viabilité de la dette » reste donc un instrument indispensable, dont la gestion flexible doit permettre de mieux prendre en compte l'objectif de développement et son appropriation par les bailleurs émergents.

Évaluation des stocks d'investissements directs dans des sociétés non cotées en valeur de marché : méthodes et résultats pour la France, p 53

Dominique NIVAT et Agnès TOPIOL

Depuis 2009, l'estimation des stocks d'investissements directs étrangers en valeur de marché est fondée sur une nouvelle méthode. Sa mise en œuvre a conduit à une révision substantielle de la position extérieure nette de la France en investissements directs, qui reste néanmoins créditrice à hauteur de 10 % du PIB.

La qualité de la circulation des billets Un rôle essentiel de la Banque centrale, p 65

Solange MIRIGAY et Jérôme MOREAU En France, la qualité des billets en circulation est parmi les meilleures de l'Eurosystème : c'est en raison de l'implication du réseau des caisses de la Banque de France dans la mise en circulation et l'entretien de la monnaie fiduciaire, ainsi que du contrôle mis en œuvre sur les opérations de recyclage réalisées par les opérateurs externes.

Évolution de la monnaie et du crédit en France en 2009, p 75

Tatiana MOSQUERA YON

Phénomène inédit depuis l'avènement de l'euro, les engagements monétaires du secteur bancaire se sont contractés en 2009 tandis que les encours de crédits au secteur privé restaient pratiquement étales jusqu'en fin d'année.

STATISTIQUES - Sommaire S1

DIVERS - Abréviations I

Documents publiés III

Coupon-abonnement VIII

Télécharger ce document

Clt : Rapports / Fondamentaux économiques

Télécharger le document

Lien de secours

Mots-clés : Eurosystème

Zone :

Categorie :

Tous les champs sont obligatoires.

Operation in progress

Une erreur est survenur lors de l'envoi du message

Votre message a bien été envoyé

Tous les champs sont obligatoires.

Operation in progress

Une erreur est survenur lors de l'envoi du message

Votre message a bien été envoyé

Tous les champs sont obligatoires.

Operation in progress

Une erreur est survenur lors de l'envoi du message

Votre message a bien été envoyé

MemoFin Feedback vous permet de nous signaler les problèmes que vous rencontrez, de suggérer de nouvelles fonctionnalités ou de nous envoyer des commentaires d'ordre plus général.

 

Saisissez votre message ci-dessous :