L'information financière que vous ne trouvez
nulle part ailleurs !

Émergences

Lettre d’analyse financière long terme sur des pays, des métiers ou des secteurs émergents : Microélectronique, Biotechnologies, Pharmacie, mais aussi des pôles de développement comme New York, Shanghaï ou Paris.

Date de publication: 1 janv. 2010
Auteur: PNS
Noter cette lettre :

Un Islam moderne !

La finance islamique n'est pas une version conservatrice de la finance moderne, mais une tentative pour incorporer dans le cadre d'une religion aux principes très proches du christianisme (refus de l'intérêt et éthique forte) des règles obligatoires de la finance moderne que sont l'actualisation (donc l'intérêt) et le partage de risque (donc l'assurance).

Les pays chrétiens ont longtemps transféré aux minorités étrangères et principalement juives, le soin d'assumer ces nécessités de l'économie. Les pays communistes ont tenté une expérience -au fond, dramatique- de refus de ces mécanismes. Tous ont fini par céder aux exigences de la réalité et par accepter de façon complète l'ensemble de ces concepts rejetés hier.

Les musulmans d'aujourd'hui suivent deux voies parallèles d'acceptation : la voie pragmatique des pays comme le Maroc ou la Tunisie et la voie plus intellectuelle et confessionnelle qui s'efforce de montrer qu'il est possible d'utiliser les mêmes concepts en respectant les principes fondamentaux de l'Islam. Cette « politesse », aurait dit probablement Claude Levi Strauss, envers leur religion, leur tradition et leur passé, est respectable, sinon admirable, mais ne donne pas plus de sécurité intrinsèque à cette finance qu'à d'autres. La crise de Dubaï nous l'a rappelé : aucun système n'est capable d'éliminer la déraison des hommes.

Télécharger la Lettre